vendredi 19 juin 2009 @ 20h45

MON, MES

MON, MES. Le bon usage ancien recommandait un recours aussi parcimonieux que possible au pronom possessif de première personne, surtout lorsque le substantif qu’il introduisait pouvait paraître flatteur pour le possesseur : mon livre, mon éditeur, ma voiture, ma femme, mon notaire, mon château, mon tableau, mon argent, mon avenir, etc. Bien entendu il ne s’agissait pas d’une interdiction absolue, qu’il eût été impossible de respecter. Mais même d’assez longues périphrases étaient excusables dès lors qu’elles permettaient d’éviter le possessif : le livre pour lequel vous avez bien voulu m’inviter, l’éditeur de ce livre, le notaire auquel je me suis adressé, le tableau dont je vous ai parlé, l’avenir…
Quand dans mon bouquin j’me mets à parler de mes droits d’auteur, mon éditeur il a un peu tiqué, forcément.
Alors moi mon opinion sur la question elle est bien simple, et j’crois qu’dans mon livre je peux pas être plus clair : ma réponse elle est non etj’vais vous dire pourquoi.
Renaud Camus, Répertoire des délicatesses du français contemporain, Points.



Publié dans brouillonne de vie | Commentaires fermés sur MON, MES
dimanche 21 juin 2009 @ 20h50

photo0327 25/05/2009 photo0328
Publié dans images | Commentaires fermés sur
dimanche 21 juin 2009 @ 21h21

2882 (erre)

sans-titre-12
Publié dans images | Commentaires fermés sur 2882 (erre)
lundi 22 juin 2009 @ 8h46

ELITES

ÉLITES. Le terme élites, presque toujours employé au pluriel  désormais, et dans un sens le plus souvent péjoratif, s’est mis à recouvrir en France, environ le tournant du millénaire, les réalités à première vue les plus inattendues, et les plus éloignées de ce qu’il avait pu désigner dans le passé (alors qu’on s’en servait plutôt au singulier,  il est vrai).
C’est un pont-aux-ânes de la pensée socio-journalistique en place que de déplorer la coupure croissante, d’après elle, qui séparerait la masse et les élites. Or on pourrait procéder avec tout autant de pertinence, et peut-être davantage semblerait-il, à l’analyse exactement contraire, dont il ressortirait qu’en le domaine culturel, à tout le moins (et il était par excellence le terrain d’élection de l’élite), une grande unification est en voie d’achèvement, dans la société française, avec pour résultat qu’il n’y a plus d’élite, ni même d’élites.

Read the rest of this page »

Publié dans brouillonne de vie | Commentaires fermés sur ELITES
lundi 22 juin 2009 @ 10h00

2916 (alors sur le grill)

photo0327 25/05/2009 SNV80114
Publié dans images | Commentaires fermés sur 2916 (alors sur le grill)
mardi 23 juin 2009 @ 12h28

nouvelles pièces et hasard des rencontres


retour vers : les origines de la guerrePour réviser votre leçon : retrouvez les mots manquants du résumé.

2. La « Grande Guerre »

Les deux camps en présence :

D’un coté:Les Empires ………………… avec l’Allemagne, l’Autriche-Hongrie, la Bulgarie et la …………. Ils sont ……………….. par l’autre camp et vont devoir combattre sur deux ………….. . Leurs liaisons maritimes avec le restant du monde sont coupées par le ………………. maritime anglo-français.

De l’autre :

L’………………….. avec La France, le Royaume-Uni, la Russie, la Serbie, rejoints par l’…………… en 1915. La Russie est ……………. de ses alliés. L’Entente conserve ses liaisons maritimes.

La guerre peut se diviser en trois périodes:

(livre pages 22 et 23)

·1914: l’échec de la guerre de mouvement.

Chaque camp prévoyait une guerre ……………… de mouvement. (définition guerre de mouvement: les armées se combattent en se repoussant profondément sur de grandes distances.)

Par un vaste mouvement tournant l’armée allemande envahit la …………….. puis la ……………. (plan ……………………) d’août à début septembre. Mais l’invasion allemande est arrêtée par la bataille de la ………………. (6 au 12 septembre). Fin novembre une ligne continue de ……………. se stabilise de la mer du nord à la Suisse.

· De 1915 à 1917 trois années de guerre de position.

Les forces des armées ennemies s’……………………. . Aussi les armées s’…………………. sur place et fortifient leurs positions pour tenir (c’est la guerre de ………………….).

A plusieurs reprises des ……………….. sont lancées pour …………… le front ennemi, mais ce furent toutes des échecs sanglants. La plus terrible bataille eut lieu à ………………. de février à juillet 1916.

La guerre qui se prolonge affaiblit surtout les ……………………………………. dont le ravitaillement est coupé par le ……………., mais aussi la …………. qui est isolée.

L’année charnière 1917 : Après leur échec sur Verdun, les Allemands décident alors en janvier 1917 la guerre ……………………………… pour couper le ravitaillement des Franco-Anglais, mais cela entraîne l’entrée en guerre des …………………… (6 avril 1917). Chaque camp est épuisé par le conflit, grèves, ……………………….. se produisent dans chaque camp en 1917. En Russie, la ………………………….. renverse le régime et amène l’arrêt des combats en décembre 1917.

· 1918 : reprise du mouvement et victoire alliée.

Débarrassés du front russe, les Allemands reportent toutes leurs forces sur le front ……………… pour tenter d’écraser les Franco-Anglais avant l’arrivée des …………………… . Mais leurs offensives sont contenues et à partir de juillet sous le commandement du général ………….. avec les renforts américains et les .…………. les Allemands sont contraints au repli et abandonnés par leurs alliés, doivent signer l’……………………… le ll novembre 1918.


marmitage.

Publié dans images | Commentaires fermés sur nouvelles pièces et hasard des rencontres
Top