jeudi 4 septembre 2014 @ 11h38

j’aurai décidément manqué d’effronterie

 De : vrm Envoyé : 4 septembre 2014 11:38 À : D Objet : RE:

_ Dear D, Dear D, Dear D, Dear D, Dear D, Dear D, Dear D,
_ _________ Enfin seule, – seule seule – seule – seule peux donc t’écrire. Absolument incapable de faire quoi que ce soit quand ne suis pas seule. Présence d’un autre me mobilise et m’immobilise complètement.

_ En a toujours été ainsi, analyse n’y a rien fait.

_ Mon désir doit rester secret. Désir, vie-même, secret, interdite.

– Cela part de l’interdit sexuel et du désir que je ne peux me reconnaitre et cela s’étend à toutes choses.

– Quand je lisais encore de la psychanalyse, j’avais cru reconnaître là la structure du désir de l’obsessionnel : il faut qu’un Autre (l’un ter dise) l’interdise, interdiction même qui le fait exister cet Autre – sans lequel Il n’existerait pas !  (peut-être n’y aurait-il eu que dans l’analyse que j’aurai, que j’aurais pu donner à mon désir une couleur présentable ; ►¿ or, l’est-il, peut-il l’être? le désir ? présentable ? )

_ aurai décidément manqué d’effronterie (et quiconque se montre timide est décidément honteux, honteux, honteux, honteux, honteux, honteux
du réel)saga03cover-1336680245

_

oui, nous étions à donn,

j’avance encore dans l’oubli.

mais oublier quoi ?

_

gros bisous,

_

♦ à toi,

_

véronique

_

_

Publié dans brouillonne de vie | Commentaires fermés sur j’aurai décidément manqué d’effronterie
vendredi 5 septembre 2014 @ 10h45

Re: Fémininisme

« Reply #10 on: September 05, 2014, 10:09:09 pm »
 

Laissons la parole aux femmes du forum, j’ai pas grand chose à dire non plus (pour moi le féminisme est une perte de temps dans la grande lutte contre le Capital)

suis pas très féministe, désolée. ne m’y suis jamais beaucoup intéressée (ma curiosité sur les rapports hommes/femmes s’étant très très vite vu happée par la psychanalyse). cependant le hasard veut que je lise simone de beauvoir en ce moment, Mémoires d’une jeune fille rangée, et l’affreuse histoire de son amie zaza, aussi talentueuse que l’est Simone de Beauvoir, un peu moins désirante probablement, mais qui n’aura pu affronter les interdits de ses parents, interdits liés principalement au fait qu’elle est une femme. elle interrompt des études qui la passionnent, renonce aux amitiés jugées trop intellectuelles, se plie aux mondanités auxquelles sa condition (féminine et de classe) la contraignent pour finir par mourir de chagrin quand ses parents refusent qu’elle épouse pradelle (merleau-ponty) (au prétexte qu’il est un enfant illégitime). à lire ça, on se rappelle que le féminisme a été une lutte nécessaire qui m’aura permis aujourd’hui de jouir des libertés qui sont les miennes. mais je n’ai jamais beaucoup frémi à l’idée de la liberté en général non plus.

Publié dans brouillonne de vie | Commentaires fermés sur Re: Fémininisme
samedi 6 septembre 2014 @ 12h17

Belgitude

image

Publié dans copié/collé, en lisant | Commentaires fermés sur Belgitude
samedi 6 septembre 2014 @ 12h50

Plus sérieusement,

ce que j'aime, c'est l'étude.

         J'oublie faute d'étudier.
                
                 J'oublie pour pouvoir étudier.

                             ( Étudier est le nom de mon manque. 

                               Femme en manque d'études.

                               Ô femme en manque d'études.) 


sans école

 

Simon Leys, Le studio de l'inutilité, En guise de liminaire

Simon Leys, Le studio de l’inutilité, En guise de liminaire

Publié dans en lisant | Commentaires fermés sur Plus sérieusement,
mercredi 10 septembre 2014 @ 22h41

Re: féminisme (2)

Simon Leys, dans ce merveilleux petit livre de lui que je lis en ce moment, Le studio de l’inutilité, rapporte que G. K. Chesterton attachait un prix particulier à la notion d’amateur qu’il comptait pour supérieure à celle du professionnel. « Aucune activité humaine vraiment importante ne saurait être poursuivie d’une manière simplement professionnelle.« 

Chesterton reporta ce contraste amateur/professionnel à la comparaison généraliste/spécialiste. A ses yeux, les activité habituellement dévolues aux femmes ont sur celles des hommes la supériorité de la connaissance généraliste sur le savoir du spécialiste.

« Le préjugé moderne qui consiste à dénoncer l’étroitesse des tâches domestiques suscite son indignation… il passe en revue tout l’éventail des besognes ménagères qui requièrent tour à tour, ou simultanément, les talents et l’initiative d’un homme d’État, d’un diplomate, d’un économiste, d’un éducateur et d’un philosophe, et il conclut : ‘Je conçois volontiers que toutes ces choses puissent épuiser l’esprit, je n’imagine pas comment elles pourraient jamais le rétrécir. La mission d’une femme est laborieuse, mais elle est telle parce qu’elle est gigantesque, et non parce qu’elle serait mesquine. Je plaindrai Mme Jones en raison de l’énormité de sa tâche, je ne la plaindrai jamais en raison de sa petitesse.' »

De mon côté, j’ai toujours eu envie de prendre la défense des tâches ménagères, jamais encore en ces termes mais plutôt partant  de ce « minimum mystique » que Chesterton attribue aux enfants et aux poètes –  » à savoir, la conscience de ce que les choses sont, point à la ligne. Si une chose n’est rien d’autre qu’elle-même, c’est bien : elle est, et c’est ça qui est bon.‘ »

 

Publié dans en lisant | Commentaires fermés sur Re: féminisme (2)
samedi 13 septembre 2014 @ 11h59

Le Nommé Jeudi : Un cauchemar (lien)

Là, Le Nommé Jeudi : Un cauchemar (1908),
le livre que je voulais lire, que je
cherchais, que  Simon Leys donne
comme le plus beau de G. K. Chesterton.

Publié dans en lisant | Commentaires fermés sur Le Nommé Jeudi : Un cauchemar (lien)
samedi 13 septembre 2014 @ 12h17

est-ce que vie aura vu    triomphe De jouissance sur      désir. C'est .   L'inquiétude.      

Jouissance triomphe de tout, désir glissé dans lâche enveloppe de présence. Tu vas là 

crachée par grande école.
Publié dans rapides | Commentaires fermés sur
vendredi 26 septembre 2014 @ 12h56

ne me quitte pas mais

8h40, je ne vais sans doute pas tarder à me recoucher.

Rêve cette nuit.

Avec Roger (à la place de Frédéric) dans sous-sol rue Waelhem. Roger s’enferme dans pièce avant (qui ressemble aussi à cave rue Tiberghien) . Ne me quitte pas mais ne veut pas de moi tout le temps près de lui. Fait des choses, est très actif. Moi, j’attends dans pièce à côté. Lui, de temps en temps vient près de moi, puis retourne dans sa pièce. Sommes avec Francis, ami de JP, homosexuel, très joli garçon. Reste parfois près de moi, parfois près de Roger. Ma famille et Jules ne sont pas loin de moi, mais sont entre-eux, comme si je n’étais pas là. Sont comme assis sur une dune. Je regarde Jule, comme si je ne le connaissais pas, dans cette terrible séparation qui est la mienne quand je suis (très) en colère. Je ne comprends pas le comportement de Roger. C’est probablement ce qui me met en colère. Il n’a pas dit qu’on se quittait, mais. Je voudrais partir et le rendre jaloux. J’imagine partir et aller au cinéma. Qu’il ait le temps de s’inquiéter.

//

Ce que je ne comprends pas, c’est que cela m’apparaisse en rêve et en ce moment et comme si je ne le savais pas, comme pour me l’apprendre que la cause de ma grande colère, c’est la séparation, que la séparation me sépare. Mais quelle séparation, et pourquoi au sous-sol, et pourquoi avec Roger, et pourquoi ce souvenir de la cave de la rue Tiberghien. Que la séparation me précipite dans un détachement mortifère, létal. Où tout paraît juste. Où les sentiments sont ce qu’il sont, sans atours, sans apprêts.  Où tout paraît si juste, que c’est d’une force implacable : je – ne tiens – à rien.  Comme si le rêve me racontait cette histoire-là, inconsciente, me faisait la leçon. Comme si donc, c’était ce qui se rejouait en ce moment.

//

Je trouve des bottes qui étaient à Annick et qui sont à moi maintenant. Je les mets. Ce sont des cuissardes. Je les fais remonter jusqu’aux genoux puis les rabaisse. Je marche devant Roger.

//

Et pourquoi ces bottes d’Annick, Annick dont j’ai pensé (un jour, à la lecture d’un séminaire de lacan, de pages sur la névrose idéale obsessionnelle) que c’était elle, mon idéal, mon idéal, inatteignable.  Ces bottes qu’elle a et que je n’aurai jamais. De même que je ne trouverai pas, jamais, chaussure à mon pied. Mais pourquoi des cuissardes ?  Rien ne pourra jamais détrôner Annick de cette place. Et, je serai toujours toujours celle qui ne sera pas ça. Je ne vois pas d’autre possibilité de me définir qu’en non-ça. En non-elle. Secrètement au monde non-elle. Je suis non-Annick. Annick a une définition, je n’ai que celle de son négatif.  Et j’ai la chance qu’elle soit mon amie. Je suis en complète humilité par rapport à ça. Et je sais qu’elle l’a parfois ressenti, que ça l’a parfois agacée.

//

Quelque chose me dit que Roger ne me quitte pas, mais je n’arrive pas à accepter les distances, la liberté qu’il prend.

/;/’*

Me fait penser au fait qu’hier cuiller suis allée à premiers tests d’inscription à un cours de secrétariat qui, si je les réussissais, auraient pour conséquence que je ne pourrai plus aller chercher Jules à l’école et que je ne pourrai plus l’aider à faire ses devoirs. Je ne pourrai plus non plus le conduire à l’école le matin.

Je m’inquiétais donc. De la distance que je prenais.
Me demandais si c’était bien. Si je ne l’abandonnais pas. Trouvais que ce n’était pas bien. Mais pourquoi la présence de Francis (ami homosexuel), dans le rêve. Poser la question c’est y répondre. Ne plus vivre cet amour de double, d’homosexuel. (pourtant, il m’est arrivé de penser que ma colère, était ce qu’il y avait de plus juste, chez moi (quand bien même)).

Mais en fait, je ne saurai jamais si c’est bien ou pas, pour Jules, puisque je ne serai plus là. C’est une séparation. Et tout ce qu’ elle comporte de perte.

Éventuellement ça dirait : tu vois ça comme une séparation. C’en est une. Mais, ça n’est pas la fin de l’amour. C’est pour que chacun puisse faire ce qu’il a à faire. / mais si il n’y arrivait pas, pas sans moi, et comment puis-je faire pour être sûre de ne pas l’empêcher d’y arriver, sans moi. Comment lui dire tu peux le faire sans moi, et l’accepter.

//ň

Aussi, Jules hier exprimait le sentiment d’avoir trop à faire, alors que ce n’était sans doute pas trop. J’en étais étonnée. Il était profondément dégoûté d’avoir autant de devoirs. Alors qu’il n’y en avait pas beaucoup. C’est ce que je ressens moi aussi, souvent. Ce trop. Alors que je n’ai sans doute probablement pas trop à faire, j’éprouve le sentiment épuisant d’avoir beaucoup infiniment trop à faire. Et ce trop n’ est sans doute jamais que l’opposé de rien. Plus que rien = trop. > rien = trop. Autre que rien = trop. Et autre que rien = voulu par l’Autre. Et rien = voulu par soi. Mais pourquoi un tel besoin de vacance, d’absence. De rien à faire. Un besoin hors du commun.

Et rien = voulu par soi ou = non-voulu par l’Autre. L’insupportable de la demande de l’Autre.

//

Pourquoi est-ce qu’il faut maintenant que je me recouche ? Alors que je ferais mieux de me lever, laver.

Bon, tant pis. Je peux me l’accorder. Mais pourquoi me sens-je si vite débordée ?

Publié dans RÊVES | Commentaires fermés sur ne me quitte pas mais
Top