mardi 1 novembre 2016 @ 7h32

aube

magie de l’heure. magie du jardin de donn. je sors de la maison. je fais quelques pas. je m’arrête, face à ça. je ne vais pas beaucoup plus loin. je regarde.

20161101_073245

7h32m45s

20161101_073332_001

7h33m32s

20161101_073345

7h33m45s

20161101_073354

7h33m54s

20161101_073652_001

7h36m52s

mardi 1 novembre 2016 @ 7h34

Re: discipline « Reply #25

Online eoik
Re: discipline 
« Reply #25 on: November 01, 2016, 07:34:50 pm »
 

ces histoires de projet me rappellent Bataille.  je l’avais découvert vers l’âge de 22 ans. lui qui m’avait permis de me départir,  dépêtrer, m’éloigner du projet la tête haute.

là, une consultation rapide de Google me rappelle que si Bataille ne voulait plus du projet, cela partait chez lui d’une volonté d’en finir avec le langage (dans lequel il semblait  pourtant bien installé, un poisson dans l’eau) et celle d’aller vers d’autres formes de communication, directes, non médiées.

décidément quelque chose qui continue de me diviser. même si je ne pense plus qu’on puisse quitter le langage. au moins cesser d’en vouloir comme seul habitat et inclure dans son emploi la conscience de ce qui ne lui obéit pas et qui existe. vivre dans des mondes déchirés. au cœur de la fêlure de ces mondes qui s’engendrent et s’ignorent. (car  le réel auquel Bataille voudrait atteindre de façon non-médiée est encore un réel né de la rencontre avec le langage, que le langage n’est pas seul à atteindre, n’atteint pas seul, ce à quoi il faut faire place dans l’usage du langage, dans le discours courant.)

http://www.revue-klesis.org/pdf/Klesis-Varia-III-4-La-nudite-totale-chez-Georges-Bataille-Avargues.pdf

« D’une  façon  analogue,  cette  quête  vise  à  mettre  en  cause  la  fiction  du langage  ;  fiction  qui,  incontestablement,  constitue  le  narcotique  le  plus  ancré dans  nos  existences  humaines.  Si  le  langage  est  à  mettre  à  bas,  c’est  parce  qu’il forme  une  médiation  entre  moi  et  le  monde,  et  donc  un  obstacle  à  leur rencontre.  En  effet,  toute  mise  en  mot  modifie,  transforme,  et  en  un  certain  sens trahit  l’expérience.  Parce  que  le  langage  a  pour  fonction  de  catégoriser  et d’établir  des  distinctions  à  ce  qui  n’en  a  pas  nécessairement  dans  l’expérience, ou,  au  contraire,  à  créer  des  liens  là  où  ils  sont  inexistants 9 ,  ils  ne  peuvent  que gâcher  l’expérience  en  question.  En  outre,  et  parce  que  l’on  échoue,  en  tant qu’humains,  à  sortir  de  la  mise  en  mots,  Bataille  définit  le  langage  comme  une cage  dont  les  barreaux  nous  sépareraient  du  monde.  C’est  dans  ce  contexte  qu’il exprime,  et  ce  via  une  écriture  poétique  qui  se  veut  ―  tragiquement  ―  une révolte  du  langage  au  sein  du  langage,  la  souffrance  de  sa  captivité  dans  les bornes langagières et la nécessité absolue d’en sortir :

«  je  ne  peux  plus  souffrir  /  ma  prison.  /  Je  dis  ceci  /  amèrement:  /  mots  qui m’étouffent,  /  laissez-moi,  /  lâchez-moi,  /  j’ai  soif  /  d’autre  chose  (…)  /  Je  hais cette vie d’instrument  /  je  cherche une  fêlure, /  ma fêlure,  /  pour  être brisé  »10.

Pour  parvenir  à  sortir  de  cette  cage,  il  s’agit  tout  d’abord  de  convenir,  comme Bataille,  que  le  «moi»  n’est  qu’une  fiction  langagière,  qu’une  belle  coquille vide.  Puis,  une  fois  comprise  et  acceptée  la  non  existence  du  «moi», l’exigence  du  non  savoir  nous  exhorte  à  briser  l’illusion  de  l’ego  pour  s’ouvrir absolument  au  monde  qui  nous  entoure.  Or,  cette  ouverture,  que  Bataille nomme  tour  à  tour  fêlure,  déchirure,  brisure,  ne  peut  être  catalysée  que  par l’atteinte  de  la  nudité  totale. « 

8 Autrement dit au jugement que l’existence n’a aucun sens : que le monde tel qu’il est ne devrait pas être et que le monde tel qu’il devrait être ne peut exister.
9 Voir F. Nietzsche, Ainsi parlait Zarathoustra, Paris, Livre de Poche, 1972 : « Les mots et les sons ne sont-ils pas des arcs-en-ciel et des ponts illusoires entre ce qui est éternellement séparé ? ».
10 L’expérience intérieure, p. 71.

mardi 1 novembre 2016 @ 10h14

oups,

Lapsus réjouissant,

L’artisan du retard
pour
L’artisan du regard

 

J’avais reçu un coup de fil de L’artisan du regard pour m’annoncer que mes lunettes étaient prêtes. le regard, le regard, c’est bien lui la cause de mon infini retard. (cette vie que je lui ai sacrifiée, à mon image.

samedi 19 novembre 2016 @ 19h24

relectures

19.XI.16

7h30

Réveillée, levée, bu grand verre d’eau tiède, ne sais pas bien quoi faire, assise au salon dans le noir, ne peut pas faire de bruit, tout le monde dort. 

Hier, et ça m’a pris la journée, retournée sur le blog. Avais plus allumé l’ordi depuis longtemps. Y ai relu des textes sur le retard.  Sur Duchamp et le retard.
 
( Dans la foulée, trouvé un beau texte sur l’internet à propos du retard et des deux Marcel, Proust et Duchamp. Il y est également question de Socrate.)
 

De fil en aiguille, dans mes pérégrinations, tombée sur de vieux rêves de mai 2006  que j’ai tenté de retravailler, tant leurs analyses sont  mal foutues. Leur analyse et leur présentation. Je sais qu’à l’époque je n’aurais pas pu faire mieux. Je ne pense d’ailleurs pas pourvoir faire beaucoup mieux aujourd’hui. Il me semble toujours, il finit toujours pas me sembler que je n’arrive pas à saisir de conclusion. J’analyse, je développe. A chaque fois, il me semble qu’un « donc » se dessine, se profile qui reste fantomatique, insaisissable, décourageant. Là, je ne sais pas si je dois tenter de les reprendre à nouveau, ou laisser tomber.

Je cherche une voie à mon assiduité. Je n’en n’ai plus aucune, pas la moindre. Pour ça que je rêve de discipline.

« D’autre part, si vous être trop spacieux sans focalisation suffisante, vous n’êtes pas centré et vous pouvez facilement vous évader et faire du tort à vous-même et aux autres. Être spacieux sans focalisation crée un esprit qui saute continuellement d’une chose à l’autre – une forme de déficit d’attention – et ne ralentit pas suffisamment pour observer réellement ce qui se passe et comment accomplir ce qui doit vraiment être fait. »

Hier, j’ai finalement rouvert dans Word, un autre texte, plus récent, que je ne suis pas encore arrivée à finir.   Un texte en réaction à un propos d’Élise sur Stromboli, à propos du travail et de la pente, ce que j’appelle là  » la pente », reprenant un terme à lui dans son bouquin

Possiblement, je n’ose plus atteler ma pensée à quoi que ce soit. Peur de ses emballements aussi bien que de ses blocages. Je me vide.

S’agissant de ma mémoire. C’est parce que je la perds que j’ai arrêté les antidépresseurs, mais je n’ai plus du tout confiance en elle. Dès qu’il y a quelque chose qu’il faudrait retenir, je panique, je cherche de quoi noter. Dans ce que je relisais hier sur le blog, j’ai trouvé des traces déjà de ces perturbations. En plusieurs endroits, je cherche le nom de quelqu’un, qui ne me revient d’abord pas, puis qui finit par me revenir. De ces hésitations, de ces trous, j’ai toujours voulu laisser la trace. Je n’aurais pas pu renoncer à cela, renoncer à faire état de mon « manque à savoir ».  J’aurais trouvé cela malhonnête et surtout, il m’aurait semblé y perdre quelque chose, y perdre ce qui m’importe : parler depuis l’absence de maîtrise, faire état des trous, des manques, et que ça parle depuis là.  L’oubli cependant m’inquiète.  J’ai tenté de le traiter en symptôme.  Au départ, il ne s’agissait que de celui des noms propres (que j’ai beaucoup analysé, m’appuyant du texte de Freud sur l’oubli des noms propres). Mais il s’est ensuite étendu bien au-delà.  Et je ne cesse de rebuter sur cette perte des mots, sans que je sache quand ça a commencé ;  si ça a commencé un jour, oui, il me semble, que ça n’a pas été comme ça de toute éternité. Il s’agit bien d’une perte.  Qu’on attribuera pour partie à l’âge ( ou à une tu-meurs au cerveau) mais que j’impute également à un manque d’exercice, à force de solitude. Ça a toujours fait partie des raisons pour lesquelles j’ai voulu écrire, continuer d’écrire dans le blog : m’exercer, continuer de m’exercer au maniement du langage. Quand j’y renonce, c’est que cela me paraît vain. Et que je m’effraie de cette aspiration par le désir d’écrire, qui tourne à l’obsession, que je considère malade.  Et que je veux retourner, aller plus loin encore,  dans l’oubli du langage.  D’où mes longs silences, et sur le blog.  Mon intérêt pour le zen, le taï chi, la méditation. 

// Et puis, c’est toujours quand je suis sur le point d’écrire quelque chose que j’arrête. D’écrire quelque chose d’autre, et que je n’y arrive pas. Que j’arrête. Jusqu’à l’oubli. Pour le redécouvrir, alors, plus tard, neuf et légèrement modifié. //

samedi 19 novembre 2016 @ 19h38

L’interdit

Alors du noir orage qu'il nous semble avoir traversé

Ce livre que je commence, ouvre dans le métro, L’interdit de Gérard Wajcman, quelle merveille, cet incipit.

Publié dans en lisant | No Comments »
samedi 19 novembre 2016 @ 23h35

[quelqu’un à qui écrire]

Finalement, je constate que je cherche bien moins quelqu’un à qui parler que quelqu’un à qui écrire. 

Cependant qu’il est vrai que je ne supporte actuellement ni parole ni écrit qui me soit adressé ou dont je sois l’auteur. Tant l’une que l’autre me jette sur le qui-vive, au bord du gouffre. 

N dit : Se désidentifier de la pensée. De la parole, de l’écrit. Les considérer comme des composantes parmi d’autres, de soi, du monde. 

Se désintéresser du doute. N’être sûre que de ce que le corps ressent. 

J’écris pour me délivrer de la pensée. Quand elle est ce qui s’en rapproche le plus. L’écriture de la pensée. La parole, la voix, elles, viendraient me trouer la peau. Penser caresse de l’intérieur.

lundi 21 novembre 2016 @ 12h48

note 88

Je perds de plus en plus la mémoire. Je parlais avec Palo, et j'ai senti soudain ma phrase s'arrêter, s'effondrer sous moi.

Publié dans en lisant | No Comments »
mardi 22 novembre 2016 @ 14h59

La supplication intérieure est la seule raisonnable, car elle évite de raidir les muscles

« Essayer de remédier aux fautes par l’attention et non par la volonté.
[…]
La supplication intérieure est la seule raisonnable, car elle évite de raidir les muscles qui n’ont rien à voir dans l’affaire. Quoi de plus sot que de raidir les muscles et serrer les mâchoires à propos de vertu, ou de poésie ou de solution d’un problème ? L’attention est tout autre chose. »
Simone Weil, La Pesanteur et la Grâce, Paris, Plon, 1947, p. 133.

Se redresser, c’est être intéressé par ce qui se passe. 

vendredi 25 novembre 2016 @ 19h32

Ce qui est sûr c’est que hors-corps le langage est mort.

Y avait ça qui traînait dans mes tiroirs. Qu’on n’aille pas croire que j’y parle à un(e) autre que moi. J’essaie de mettre au clair des trucs et ça ne marche pas comme je veux. Surtout, je ne pense pas que j’arrive à rendre ça  potable à quiconque ne s’intéresse pas un tant soit peu à la psychanalyse. Ça m’a travaillée, fatiguée, inquiétée, excitée, tenue éveillée, jusqu’à trop. Jusqu’à ce que ça devienne trop et que je doive l’oublier, oublier que je ne suis pas arrivée à écrire ce que je voulais, qui est resté je ne sais où, quelles limbes. Là, j’ai pris suffisamment de distance que pour pouvoir le publier. C’est-à-dire que je l’ai oublié. Dépitée seulement de n’y être, une fois de plus, pas arrivée, et que ça doive me rester (encore) en travers de la gorge.

Le travail c’est la plus belle chose qu’on puisse inventer.
Je pense que le Surmoi du vingtième si§cle (on fait tous partie ici de la même génération) est en train d’exploser pour notre bonheur à tous.

tu as très bien intégré le surmoi contemporain : Travaille!

(Arbeit macht frei)
Kidding!
je sais très bien que tu n’en fous pas une)
Kidding, Kidding !

C’est compliqué de parler du travail (surtout à toi, tout embué d’idéal). 

Mais est-ce qu’il n’y avait pas quelque chose dans Pommereulle, dans ton Pommereulle, qui préconisait de se laisser aller à sa pente, de se donner les moyens de se laisser aller à sa pente. Et que ça puisse trouver sa place dans le monde…

« Au fond il est plus difficile de se laisser aller à sa pente que l’inverse.« 

J’aimais bien ça. 

Je dis ça, parce que le travail et la pente, ça ne se recouvre pas nécessairement.  Cela nécessite un ajustement… que tu écrivais :

« Cela suppose une traversée de l’existence qui retourne les conditionnements et les envoûtements, pour abolir la séparation avec soi-même.« 

Cette séparation d’avec soi-même, qu’il s’agit de rejoindre, c’est la séparation d’avec le monde et  c’est la séparation d’avec le travail.

Tout ça pour dire que je préfère la pente au travail. Même si c’est encore tout un travail que de se faire à sa pente. Mais un travail particulier. En finesse et en délicatesse. Afin que la pente restât pente, échappe à la conversion (en grand’route sur morne plaine) que le travail tentera de lui imposer afin de la rendre présentable.  Un travail donc qui ne s’appliquât jamais qu’à ouvrir à la pente quelques menus détours, des sinuosités, afin qu’elle fût moins courte, moins casse gueule, mais restât pente toujours, c’est-à-dire liée à ce qui nous dépasse.

Si le surmoi, Travaille! (=Jouis!) fonctionne aussi bien, c’est qu’il y a une indifférence de la pulsion (capable de se satisfaire de n’importe quel objet). Il faut donc pouvoir la distinguer de la pente, laquelle se soutient de la marque, marque qu’elle imprime à la pulsion. Cette marque de la séparation d’avec soi dont il était question plus haut.  Non-indifférente pente donc. Or la marque, la marque fondamentale d’un sujet, c’est bien ce qui au monde se partage le moins, ce qu’il y a de plus secret. Au monde de moins communément partagé, reluisant, accepté.

On dit que le désir est le désir de l’Autre. La jouissance, elle, fondamentalement n’est jamais que celle de l’Un, de l’Un-tout-seul. Toujours peu ou prou liée à la honte. Si aujourd’hui on s’attache tant à se montrer jouissant (« Regardez-moi jouir », c’est qu’il s’agit de se montrer jouissant de la bonne manière : c’est-à-dire : médiatisable. Or tout ce qui passe par les médias, y passe dépourvu, lavé de la marque. La jouissance médiatisée : celle qui essaie de se faire passer pour non-coupable , conforme. 

Pour ça que la plupart préfèrent s’en tenir à la marque commune : comme sujet (du verbe), je suis l’objet d’une jouissance (qui me dépasse et dont je ne veux rien savoir).

Chacun préférera se vivre comme sujet du langage, se placer, se garder sous sa coupe  plutôt que d’assumer sa jouissance (hors langage).

Read the rest of this page »

samedi 26 novembre 2016 @ 10h56

autrement dit

« L’horreur de dé-penser »,
autre façon de parler de la radinerie.

(s’accrocher à, ne surtout pas lâcher sa pensée)

Top