Paris, sur le départ

Paris, sur le départ
Ma merveille, mon exception absolue, mon goitre, le creux de mon rocher, l’imprudence de ma main, mon bois, ma tranchée, mon espace thé, mon sexe, l’oubli, l’écart, doigts et orifices, tes ténèbres, ton chant, ton charme, mon chat. Ta forêt, les nuages de ton sourire où je grimpe et m’installe, ton innocence, ta vérité, la clarté de tes prunelles. Je ne t’aime pas plus que ça.
Mes dents dans ta joue ta peau entre mes doigts la sueur de mes mains de mes pieds à toi dédiée. Tout cet embarras des collines. Ton mensonge. Mon manque adoré, ton sexe long. Toi, blond. Tes solides dents. Tu ouvres la fleur de mon sexe.  Comment tu m’ouvres, comment ça s’ouvre.  Ta confiance, ton attente douce, sur mon sexe la douceur de ton gland, tes baisers, ce rien que tu n’essaies. Je palpe le brouillard de ton absence. Je t’oublie. Te remémore, te chasse, t’oublie encore. Tes cuisses. Mon excavation. Mon antre, ma défaite.
Mon désordre ma haine mon épilation.
Ma beauté soyeuse, mon élan.
Mon éternité, ma gageure, mon hortensia.
Mon vernis. Mon sang, ma tonte.
Mon oncle.
Mon pays.
Ma perte. Mon désespoir. Ma lunette.
Ma chaussette.
Ma femme.
Ma fournée.
Ma brosse à dents de l’extrême.
Torrent, nacre, beauté. Mon fou. Japon étranglé.
Ma ouate.
Non Envoyé.

Boissac, 8 juillet 2018

Tous ces mots écrits hier à Paris comme nous faisions la valise pour venir ici, à Boissac, près du château de Ligoure où a lieu le stage de tai chi, où je suis avec Édouard.

Le soleil se lève, je suis dans le jardin. Je fume. Je ne sais pas comment j’arrêterai cette fois. Depuis quelques temps, j’ai recommencé à me réveiller tôt, vers 4 heures. Il ne fait pas si chaud, si tôt.

Ce qui me manque peut-être le plus c’est de lui écrire. Là, je lui dirais, tu sais Nathan, j’ai recommencé à fumer, et à boire, beaucoup.

Et tous ces mots, d’hier. Ce sont eux qui commandent à mon désir, eux qui le provoquent, de m’y laisser aller. C’est ce qu’il me semble.

A l’instant, j’ai envie de me laver les dents, laver le visage, fumer encore une cigarette, rester dehors, n’avoir pas froid. Écrire des choses qui soient les bonnes, qui soient ce que je dois écrire, pour satisfaire mon désir d’écrire. Aimerais trouver à écrire ce qu’il faut pour satisfaire mon désir d’écrire et que ce ne doive plus été adressé. J’aimerais un bain très chaud, puis des massages à l’huile. Il faut que je songe au fait que j’ai pu me passer de cigarette. Que j’ai pu me passer de N. Que j’ai vécu sans lui. Quand nous arrivions hier en voiture, que nous pénétrions le pays, roulant depuis la gare de pour venir ici, il me semblait tellement me rapprocher de lui, je lui aurais écrit : Tu es là, tu es partout, je te sens, et il m’aurait répondu dans ce sens, et nous nous serions beaucoup exaltés (faut-il un sens, non, un s à exalté ?).

Les lettres d’amour.

Si nous étions davantage séparés, Édouard et moi, je l’aimerais plus. Je ne sais comment recréer cette séparation. Je me demande si mon exaltation épistolaire ne tient qu’au fait que mes parents se soient rencontrés ainsi, par correspondance, et si je peux me sortir de ça.

Lundi 16 juillet 2018, Paris, 7h30

Voilà bientôt un mois que je n’écris plus à N. Le 18, ça fera un mois. Il me manque beaucoup, de l’écrire m’en viennent les larmes aux yeux. De l’écrire et de ne pouvoir lui écrire, de ne pouvoir le lui écrire. J’ai été à deux doigts de l’appeler hier soir. Il y a des moments où c’est vraiment difficile, où sa proximité est vraiment trop forte. Et il me semble parfois que ça ne m’arrivera plus d’être joyeuse. Je vous écris d’une part parce que c’était un bel amour, dont vous n’avez pas su grand chose, et qui finira bien par s’oublier, que je finirai bien par oublier, ce que je trouve injuste. Et d’autre part, parce que je n’arrive pas à l’oublier, et qu’il le faudrait, parce que face à son souvenir, dans son souvenir, Édouard ne fait pas le poids, ne supporte absolument pas la comparaison. Je ne vois pas que je puisse jamais m’abandonner à lui comme j’ai pu le faire pour N. Je ne vois pas que mon cœur puisse jamais tressaillir à sa vue, fondre dans le son de sa voix ou dans des bras, je ne pense pas sentir jamais  vers lui l’élan joyeux où j’étais pour N. Nous avons eu trop de bonheur ensemble. Et je l’ai si fortement désiré, si follement, si physiquement. Et il y a eu un tel plaisir, mon corps si pris par lui, et lui écrire a été un tel bonheur, un tel amour, une telle évidence. Vous disiez névrose obsessionnelle, amour d’un côté, désir de l’autre, ce n’est pas ce que j’ai ressenti, et si vous aviez une petite indication de lecture, j’en serais bien aise. Je ne vous a pas dit à quel point, il m’a semblé que c’était un amour de tai chi, de chi. C’est ce que je voulais vous écrire, mais je dois faire la valise maintenant. Croyez, qu’il me paraît toujours aussi présent, même si je me bats pour combattre les sensations physiques, le désir. Même si je repousse de toute mes forces la pensée de lui, à lui. Mon amour pour lui a été un ruissellement, c’est ce que je combats. Pleurer, même, serait encore l’aimer. Un ruissellement, une coulure, et le corps veut encore et il n’est pas le seul, qui ne comprend pas. J’essaie de reporter mes sensations avec Édouard, mais ça ne marche pas très bien, et l’amour ne suit pas. L’amour ne suit pas du tout. Édouard a toujours pensé que je l’aimais, même quand je lui disais le contraire. Il a été ébranlé dans cette certitude quand il a eu des doutes à propos de N, quand il a soupçonné son existence. Maintenant, il veut redevenir mon mari, et moi, je songe au sexe de N, à nul autre pareil, à ses doigts, à sa légèreté, son sourire d’enfant, et ça s’ouvre en moi, ça s’écoule, et  je retiens des larmes, qui me débordent. Nous n’avons connu que cela. Et il aurait mieux valu que nous puissions aller jusqu’au bout, l’épuiser, car je ne vois pas comment effacer ce souvenir, cette inscription, qui s’est si longtemps (un an maintenant, rien, que nous nous sommes rencontrés) soutenue de pensées, de lettres, de quelques coups de fil et de belles rencontres (2 hôtels, une semaine de stage) où tout s’est magiquement passé. Et mon corps avec lui n’a connu que certitude.

Le Sambuc, mardi 18 juillet, 5h du mat.

Mais, ce que je voudrais, c’est parler, abondamment. Puis que dans l’espace des voix résonnent, s’exclament, sonnent. Et disent ce qu’elles veulent.

Rêve 

I. Suis montée trop haut sur échelle qui va trop haut. F aussi, en a assez, veut redescendre. Je lui demande d’attendre que je descende moi-même, je n’y arrive pas, j’ai le vertige. 

II. F fait une activité avec Dotta. Elle, essaye de faire quelque chose,  n’y arrive pas, voudrait de l’aide sans vraiment l’exprimer, est de mauvaise humeur. F doit choisir un brin de houblon, un épi de houblon,  parmi plusieurs, tous un peu différents, qu’elle transformera en bière. Il n’arrive pas à choisir. Je suis toujours fâchée avec Dotta, dans le rêve. J’ai peine à croire qu’un seul épi puisse faire une quantité de bière suffisante à boire, un verre. Dotta essaie de lancer d’autres activités (à caractère artistique).

—–

Dotta, c’est Dotta Syron-Kraft. Pendant des années ma meilleure amie, artiste, allemande. Très créative, me semble-t-il, toujours joyeuse. A été mon idéal, de femme. Aurait changé de caractère, d’après ce que j’ai pu entendre de la part de proches, se fâche plus facilement. A l’âge de quatre ou cinq ans, sa fille a eu un cancer, à l’œil, qu’elle a perdu. Elle doit en avoir 15, aujourd’hui, 15 ans.  L’autre œil est toujours en danger.

Dotta et moi nous étions fâchées juste après les fêtes, cette année. Par mail. La tension était montée très  fort, très vite. Elle me hurlait dessus (écrivait en majuscules), me disait des choses injustes. Et tout d’un coup en moi j’ai senti que je ne lui pardonnerais pas, jamais. Plus tard, quelques mois plus tard, elle a donné des signes qu’elle n’était plus fâchée, un mail de remerciement pour le livre offert à sa fille, des likes dans Instagram, je n’ai pas répondu à ces signes.

Ça s’était passé en janvier, la dispute. Elle n’était pas venue avec sa fille à l’anniversaire de Anton (à Bruxelles) (malentendu foireux), et quand je lui avais envoyé un message, lui disant l’urgence pour moi de la voir, de lui parler de trucs,  de ma rencontre avec Nathan, avant que nous rentrions à Paris, elle m’avait dit qu’elle était fatiguée, qu’elle pouvait juste me dire que je jouais avec le feu. Ça m’avait fait un choc.  Qu’elle me dise ça.  Mais, c’est quelques jours plus tard, de retour à Paris, comme nous discutions par mail, comme je lui avais, incidemment, dit que c’était dommage qu’elle ne soit pas  venue pour l’anniversaire de Anton, que tout était parti en vrille, qu’elle avait explosé.

Elle m’avait dit qu’elle considérait que les gens devaient savoir. Qu’elle n’était pas toujours là à se plaindre, mais qu’il fallait savoir, que ça n’allait pas. Qu’il lui arrivait toutes sortes de trucs abominables, que c’était affreux, et que moi, je venais avec ce reproche. J’avais tenté de m’excuser, de lui expliquer que ce n’était pas possible à deviner, mais elle était hors d’elle. Et, elle avait fini par me faire le reproche  de n’avoir pas été là quand sa fille avait été malade, avait dû être opérée à nouveau.  C’était faux, j’avais proposé d’y aller, elle n’avait pas voulu, nous nous étions parlées, beaucoup, par téléphone, écrit aussi, et elle ne s’en souvenait pas. C’est alors que j’ai senti quelque chose de cassé en moi. Je lui ai dit que j’aurais fait n’importe quoi pour elle. Et c’était vrai. Je ressentais une profonde injustice. Et finalement, je lui ai dit qu’elle non plus n’avait pas été là quand je lui avais écrit que j’allais très mal. Qu’elle n’avait pas du tout répondu. Et là, elle s’est tue, n’a plus rien dit. Moi, j’ai alors jeté cet échange de mails. J’ai pensé que c’était terminé. Que je ne lui pardonnerais pas.

Elle n’allait pas bien. Et moi, mal.

Possiblement, je me suis simplement rendue compte qu’elle ne m’aimait pas autant que je l’aimais.

Dernièrement, j’aurais pu avoir eu envie de la voir. Elle est vraiment la seule personne à qui j’aurais aimé rendre visite pendant ces vacances, c’est la personne que j’ai le plus admiré au monde. Un modèle inatteignable. Quelque part dans Lacan, il est dit qu’on trouverait toujours dans l’entourage d’un.e névrosé.e obessionnel.le une personne amie qui joue un tel rôle d’idéal. Enfin, moi, lisant cela je m’étais dit, Tiens, voilà Dotta.

Elle est la femme idéale. Ma femme idéale. Celle que je ne serai pas. Que j’ai la chance de connaître. J’aimais sa simplicité, son art, ce qu’elle m’a fait comprendre de l’art. Avec qui j’ai senti la plus grande familiarité. Mais, on on aurait dit qu’elle avait oublié nos conversations, notre amitié, de vingt ans, que dis-je, de trente ans. C’était aussi une des premières amies de mon frère Jean Pierre. (Elle a été très très belle, c’était fascinant, la longueur de ses jambes, sa finesse, la perfection du choix de ses vêtements. Maintenant, elle a un peu épaissi, n’est plus aussi éblouissante, mais c’est pas grave). Elle a habité un temps avec ma mère. C’est là que sa fille était tombée malade. Elle fait partie de la famille. Si ce n’est, qu’effectivement, pour une fois, elle n’est pas venue à l’anniversaire de Anton. Et moi, avec tout ce qui se passait, ce qui se défaisait, j’avais vraiment eu envie d’offrir une belle fête à Anton, donc, sa présence m’avait vraiment manqué.

Que je rêve d’elle en ce moment ? Elle, est dans les projets artistiques. Elle, fait un projet artistique au départ de ses problèmes divers et variés. Elle, demande de l’aide à Édouard, qui n’arrive pas à se décider, à l’aider. Elle demande sans demander, ce qui me ressemble un peu, elle demande à contre coeur. A ce qu’il choisisse entre divers épis. Cette indécision aussi me ressemble. Elle lui demande de trancher.  Et cet épi de houblon elle le transformera en bière.

(Elle, toujours de bonne humeur, elle, rit, rit tout le temps, nous nous rencontrons, voyons, rions, c’est un peu la même chose avec Nathan, on se voit, on rit, elle, habite  à la campagne, sans homme, elle cuisine, bien, facilement, simplement, abondamment, etc. Enfin, la personne que je connaissais, puisque apparemment ces dernières années l’ont un peu fatiguée, changée, modifiée.)

Le houblon : mes grands-parents, les parents de ma mère, étaient cultivateurs de houblon (hop en flamand), en Flandres

Ma mère racontait toujours qu’elle faisait, quand elle était petite, la tournée des acheteurs de houblon (?) avec son père, dans la voiture (noire ? DS ?) 

Rachel, ma prof de tai chi, au stage avait cueilli une tige de blé pendant qu’elle donnait cours, qu’elle avait mise en bouche. Elle était en hauteur, sur un petit muret, son geste avait été charmant, drôle. Elle avait subitement interrompu ses explications, s’était penchée en arrière, dans le pré dont le muret nous séparait,  avait cueilli ce brin de blé, porté à sa bouche, éclaté de rire.

Nathan, blond.

Les épis entre lesquels il faut choisir : il y en a plusieurs, tous différents, certains colorés, tressés. Depuis quelques temps, je ne sais plus jamais choisir et suis obligée de demander à Édouard de trancher. (c’est parce que je ne sais pas choisir qu’il n’y a pas d’art).

Le premier rêve

Les échelles. Suis-je « montée trop haut » avec P ? que j’aie le vertige ? que je ne puisse redescendre ?

Les échelles : très, très hautes.

Avais lu un livre quand j’étais petite, trouvé je ne sais où, volé peut-être, lu sans comprendre, « pas de mon âge », lu en cachette peut-être, intitulé L’échelle de soie. Il n’est pas sûr que je l’aie vraiment lu. Il est possible que je l’aie relu, à plusieurs reprises. Sans vraiment le lire. J’aurai essayé de le lire. J’y tenais pour d’obscures raisons. Je n’en ai aucun souvenir. Il devait y être question d’un homme et d’une femme, d’un couple.

Très haute échelle – L’incident à Assenois. Non, non, rien à voir.

Échelles s’élevaient dans les airs, appuyées sur rien.

Le vertige (dans les escaliers larges, or ici, les montants de l’échelle se rétrécissent, deviennent très étroits.) Non, non, rien à voir.

Je suis montée trop haut, j’ai le vertige, j’ai peur, je suis paralysée.

Un épi, lequel, doit se transformer en bière, il faut faire de l’art, Dotta le ferait (comme moi, elle ne sait pas choisir, demande à F, qui ne sait pas non plus. Comme moi, est de mauvaise humeur, n’arrive pas à demander de l’aide).

—-

Parler : Donc, je me réveille à 5 h du mat, et me dis ça, que ce que je veux, c’est parler, et que des  voix résonnent, à travers l’espace, qui s’interpellent. Or parler, c’est précisément ce que je n’arrive plus à faire ou veux plus faire. Ou ne sais plus faire ou n’ai jamais su faire. En particulier avec Édouard. En particulier ce qui m’angoisse avec Édouard. Depuis longtemps, plus parlé. Et les mots que je perds. Pour ça que j’ai tant aimé écrire à P. Besoin d’écrire, dire. Lui aussi, je crois. En manque de dire ce qui se passe dans nos vies. Et comme par la parole, ça ne va pas, par écrit, c’est bien. Écriture vivante. 

Après donc, que je me sois dit cela, que je voulais de la parole, des voix, je me suis souvenue du rêve, que j’ai noté.

—-

Tandis qu’avant que de faire ce rêve, la veille au soir, ultra crise, ultra d’angoisse, sombre, effrayante. Passée finalement avec un cachet de Lysanxia. Anton, qui dort dans notre chambre, resté longtemps éveillé.

Le Sambuc, 21 juillet

Dernier jour à Arles, partons demain, aujourd’hui journée à Nîmes prévue.

Rêve d’il y a deux nuits : il pourrait y avoir une fontaine jaillissante qui sorte de me tête mais la structure environnante ne convient pas.

La fontaine jaillissante : c’est un point au milieu du pied, « très important », qu’on peut travailler en accupression.

Rêves de cette nuit. Trop nombreux.

Consultation médecin, c’est Simone du tai chi. Je veux la payer, mais je n’ai que du cash, elle ne veut pas, elle se fâche, elle dit, mais tu sais ça, enfin quand même. Là, maintenant, je ne sais pas comment il aurait fallu que je la paie, peut-être que dans le rêve je le sais. Je cherche ce qui pourrait la payer. J’ai beaucoup d’argent sur moi, je lui avais ouvert mon portefeuille, elle avait vu, ça l’avait énervée. Je ne sais pas comment la payer, je cherche. 

À un moment, je croise Rachel (tai chi), elle me  serre très fort dans ses bras, c’est comme si nos bustes se pénétraient, je ne sais pas ce qui se passe, je pense que quelque chose se passe (sentiment).

J’ai un paquet d’argent, c’est ma mère qui me l’a donné, au matin, comme une part de sa paye, rien que j’aie demandé, mais elle a absolument voulu. 

Puis, j’ai un parapluie, je crois. Des parapluies se croisent, je crois. Je suis frôlée aux mains par un morceau de cellophane. Je me rends compte que ce n’est plus un  parapluie que j’ai en main, mais un rouleau de cellophane, qui s’ouvre légèrement, qui colle. Je sais alors qu’on m’a volé l’argent (l’argent était peut-être dans le parapluie). Je n’ai plus rien, j’alerte tout le monde. Je suis très triste, désespérée, il s’agit de l’argent de ma mère. Tout le monde s’en va.

Je reste, je veux porter plainte. La tenancière du bistrot me dit où trouver la police, où je trouverai une permanence. Il n’y a personne, peut être un mot écrit est-il affiché, assez moqueur, pour dire qu’ils sont « momentanément absents ». Ils reviennent. Ils sont moqueurs. Je ne pense pas que j’arrive à m’expliquer. Je cherche l’argent. Je suis la police, je l’accompagne. Je dois voir Martine (tai chi, femme de Rachel) qui m’a envoyé un mot. Je vais chez Rachel et Martine. La police aussi. Elles ne sont pas là. Enfin, je ne les vois pas. On a découvert quelque chose chez elles, un objet volé, magique, très ancien, qu’on ressort de la maison, comme on le ressortirait d’une cave. La personne qui l’avait cherché est très émue. Il n’est pas dit que ce soient Martine et Rachel qui l’aient volé, mais elles le recèlent, peut-être à leur insu.

—-

Comment payer le « médecin » si l’argent de ma mère ne convient pas

Parapluie / argent de ma mère 

Parapluie / rouleau de cellophane / argent / vol

Chez Rachel et Martine : objet magique volé retrouvé

Hier, ai ramené parapluie de l’hôtel qui était dans la voiture à la chambre, pensant qu’on finirait par l’oublier.  Avais pensé aussi que nous aurions pu nous en servir pour nous protéger du soleil.

Paris, 25 juillet

Madame, 

Hélène Parker, 

J’ai peu joui dans ma vie, cela se compte sur les doigts d’une main et encore trois peuvent-ils y manquer. Je parle de la jouissance sexuelle, physique, je pourrais dire la prescrite, l’idéale, celle qu’il faut (à l’inverse de toutes les autres, celles-là je les ai connues). 

Figurez-vous que je réalise à quel point c’est ce qui a fait que je ne me sois jamais autorisée à être analyste. 

Les deux fois donc, il y avait eu ceci : n’avoir eu plus rien à perdre. Être surprise dans ce moment-là. Un désespoir aussi. Avoir  quitté les zones de l’espoir. Été, par les circonstances, amenée là.

Nathan : nous avons cru, et je le ressens encore, parfois, abondamment, être liés, physiquement, dans la distance même, étendus par elle, l’un vers l’autre, l’un en l’autre. Je parle ici de quelque chose de tout à fait différent de ce dont je vous parlais d’abord. Son absence m’est palpable, son absence m’est douceur. Et la folie, c’est ce sentiment qu’il y est, là, dans cet espace de notre séparation, que nous y soyons ensemble. Ce dont mon corps répond, et son effervescence, sa transe. 

Cette jouissance-là, est à ma disposition, pour peu que je m’y laisse aller, pour peu que je l’écrive, pour peu que je la lui écrive, et qu’il en réponde (à quoi il ne manque jamais). De son presque rien, sa douceur infinie et si particulière. 

La raison (laquelle ? la vôtre ? celle de Édouard ? la mienne ? celle à laquelle vous m’avez ramenée ?) m’a amenée à combattre ces certitudes qui me comblaient (de joie, littéralement). 

Vous m’avez invitée à vous écrire. Et j’ai une responsabilité par rapport à quelque chose que je ne suis pas loin de savoir maintenant, que je m’efforce d’oublier et de retenir.  

La raison : celle d’un autre amour, d’un amour parié. Celle d’un homme qui se veut mon mari, empêtré de sa présence, de son amour, peu enclin à se laisser prendre la place, décidé farouchement. D’un enfant, d’une famille. De la longueur du temps et d’un appartement en désordre. Où je n’ai cessé de chercher mon absence. 

Il existe une voix, celle que j’entends quand j’écris, parfois, qui a trouvé sa vérité, une, avec Nathan, le réel sans prix (excusez-moi du peu), qui est mon seul espoir, auquel peut-être, il faudrait renoncer. Cette voix, ma solitude, je ne lui trouve pas d’abri. Je lui suis pourtant due, tue. 

Et j’ai pu espérer, sans oser y croire, la terrer en Auvergne, à Saint-Donat, à Pallut, à l’abri des montagnes et d’un homme au sexe long et doux (et qui communique avec la lune; croyez que ce détail n’a pas été pour rien dans mon enchantement). 

Alors, donc. Paris. Paris DIX. Paris d’ici. Macron, les réfugiés, les ponts.

À Paris, dans ma famille, « ce que j’ai construit », il y a ce rôle de ma mère, la jouissance de son sacrifice, il y a ce rôle de mon père, qui d’elle exigea ce sacrifice, dont je ne veux ré-endosser l’habit (qui me colle aux fesses). Y eut-il ce sacrifice? Elle, voulait être sous son regard. 

Et moi ? 

Littérature : À Pallut tout explose (et ma mère s’appelle Lut). ( Il y a l’air, la roche, lui qui me baise, moi qui m’écoule, les cieux qu’il nomme, les terres dont il me raconte l’histoire, nos marches sacrées, nos danses, l’eau glaciale des lacs où je risque mes pieds, où je le vois s’enfoncer. Tiens, figurez-vous cela: cela me touche, son courage physique, Narcisse, la peau juste sur les muscles. ) 

Or cette voix je n’arrive (plus) à la sortir de la correspondance. Cette correspondance maintenant avec lui. Un destin.

Outrée, 29 juillet, 10h56

Outrée, 29 juillet, 10h56

Ai rêvé qu’on allait devoir partir en voyage, en famille. Mais là, nous étions toujours au travail, Édouard et moi, dans des bureaux différents. Et Anton est autre part (école probablement). Puis, j’apprends des choses sur les billets, sur mes papiers. Ils ne concordent pas. Il faudrait passer un coup de fil. L’heure de départ de mon avion approche. Il faudrait changer, faire changer, modifier mon billet. Je ne le fais pas. Je suis angoissée.

Je vais voir F à son bureau. Il ne s’en fait pas, il dit que ça va s’arranger

Je lui dis :  Mais est-ce que tu te rends compte que vous allez devoir partir sans moi. Il n’écoute pas vraiment. Il n’a pas l’air d’y croire. C’est un avion pour New York.

Quelqu’un appelle pour me demander si je suis inscrite à… (nom manque), je réponds que non. Puis le nom est répété, dont je me souviens alors vaguement, je dis que peut-être,  que c’est une erreur, que je ne devais plus être inscrite là, que je le suis toujours, à une ancienne adresse, avec un vieux code dont je ne me souviens plus (hier, j’ai subitement oublié le code de mon téléphone que j’utilise plusieurs fois par jour, pourtant; et mon téléphone a été bloqué). Édouard se souvient lui aussi, dit que c’est déjà arrivé, que ça s’était arrangé. On a oublié de changer l’adresse, les billets ont été envoyés là. Je pense que l’avion est déjà parti. L’employé au téléphone ne dit rien.

*

Nous sommes près d’une piscine extérieure. Un tout petit bébé s’en approche, il est dans l’herbe, c’est une petite fille. Je m’en inquiète. Je fais signe à d’autres enfants, au loin, que j’aperçois, de sa présence, là, qu’ils viennent le chercher. Pas de réaction, je la prends en main, elle est toute petite, tient dans une main ( comme Mélusine, une petite chatte, quand je l’ai eue). Je n’ai pas de réelle affection, attirance pour elle, elle me répugne un tout petit peu. Je la mets dans une sorte d’œuf fermé en plastique transparent, comme les Kinder Surprise ou les cadeaux surprise qu’on peut gagner dans les distributeurs à l’ancienne, qui n’existent plus beaucoup, mais qu’on voit encore, dans certains quartiers, au Japon, c’est pour les enfants.

Je vais vers les enfants que j’ai vus, puis les dépasse, ils ne sont pas vraiment concernés, ce sont des enfants, je vais voir leur mère. Elle sort de sa maison, vient vers moi, elle est furieuse, je me suis mêlée de ce qui ne me regardait pas, elle ne veut pas du tout s’occuper de cette enfant, elle veut que je la ramène où je l’ai trouvée, près de la piscine (eau très bleue, herbe très verte). Je retourne là. Je la mets là. Puis, je la reprends, et fait différentes choses avec elle, elle devient un peu plus un bébé, un enfant, elle peut même parler, je crois. Il y a des choses qu’elle veut, d’autres qu’elle ne veut pas. Je la laisse un petit moment.

Elle est prise en charge par mon frère Jean Pierre et un ami à lui, qui travaillent à la/une/sa maison. Je m’en vais, pas loin, je ne sais pas si je dois continuer à m’en occuper, la laisser à Jean Pierre qui le fait peut être mieux que moi. S’en occupe avec ses deux filles, plus grandes. Mais plus particulièrement d’elle, comme il convient puis qu’elle est toute petite et abandonnée. Je reviens.

La maison s’est comme agrandie. Je ne sais où est l’enfant. S’est comme agrandie parce que JP a construit des toilettes dans pièce d’entrée dont l’usage du coup le semble perdu. Mais, il ne pouvait pas se passer de ces toilettes (pour garder un usage privatif des autres toilettes, les premières, qui se trouvent peut-être dans son atelier, pour n’être pas dérangé).  Enfant quelque part là. Le copain de Jean Pierre, c’est peut-être Lumer (dont j’ai oublié le prénom, dont JP disait que c’était son double. Qui est le nom que j’utilise sur Facebook). L’enfant réapparaît. Ils ont préparé, à trois, un petit numéro, un petit spectacle chanté et dansé, court, drôle, comme une petite pub. Je pense qu’ils s’occupent bien d’elle, je n’aurais pas pu faire ça. L’enfant toute petite parle bien, chante, roule d’une épaule de l’un à l’épaule de l’autre. Évoque un peu image de Saint Christophe, transportant enfant Jésus  (le géant christophore et sa joie de porter dans un livre de Tournier, Le roi des Aulnes).

Face à quelque chose, une image exposée, ou un objet exposé (au mur),  apparaît femme, venue pour cet objet, qui intervient auprès enfant, la prend près d’elle, dit toutes sortes de choses que je n’entends pas, l’enfant est toujours toute petite. Lui dit de se masturber. L’enfant commence à se toucher, au travers de ses vêtements, puis les ouvre, ses boutons, par le haut, pour se déshabiller. Je suis fascinée, étranglée, horrifiée. J’essaie de deviner ce qu’elle ressent, elle me paraît aussi détachée d’elle-même, de ses actes, que je ne le suis d’elle. Elle n’a pas vraiment l’air vivante. Il est discuté de cette femme, qui pense faire le bien, qui appartient à une sorte de secte, que l’enfant connaît. Il est question de lui enlever l’enfant, de maltraitance, de choses que j’ai oubliées. Je me réveille. 

Je pense à ces choses, et aux choses que j’ai oubliées. Me demande si j’ai vécu ça. Me dis que non, car aucun souvenir, donc, ne sais pas pourquoi c’est là.

La femme ressemble à une femme de la campagne ou de la province. Elle pourrait porter un fichu, être un peu voûtée, arrondie, épaissie par l’âge, la cinquantaine. Elle est très sûre d’elle, de son rôle. Paisible. Une sorte de « nanny », froide, sans sentiment, qui fait son devoir,  qui y trouve sa raison d’être, inébranlable, qui applique les prescriptions qu’un discours bien ficelé soutient.

J’ai aperçu hier, quelque part, un tel corps de femme, dont je m’étais dit qu’il n’était peut-être pas plus âgé que le mien, et m’étais demandé si mon corps aussi, un jour, s’épaissirait autant. Et j’avais pensé que beaucoup de corps de nos jours ne s’épaississaient plus de cette façon, il me semblait, et m’étais demandé pourquoi. Et je m’étais interrogée sur ce qui remplissait ces corps, s’il s’agissait de nourriture ?

J’avais alors pensé à l’arrondissement de ma tante préférée (à la façon dont elle s’était arrondie), aux chocolats qu’elle mangeait tous les jours, aux pralines, à ses cigarettes, à ce choix qu’ elle avait fait, de ne pas cesser de manger, de ne pas cesser de fumer, jusqu’à sa mort, une nuit, d’un AVC au cerveau.

Enfin, je songe qu’au fond, j’étais arrivée en analyse avec ça, la masturbation, sorte de suprême péché, dont j’avais cru que je n’oserais jamais en parler, ce que j’avais fait néanmoins assez vite, m’étonnant que le divan ne s’en soit pas écroulé dans le sol, sous moi, et jusqu’au centre de la terre. Ou que Depelsenaire ne m’aie pas mise dehors avec un doigt accusateur, définitivement indigné, outré. (Ce doigt accusateur? quel doigt dont m’avait mon père parlé? un Rembrandt?)

 

Outrée, 30 juillet

Je revois aujourd’hui la femme qui peut-être m’a inspiré celle du rêve, sur son panier, ce mot : Nanny. Panier comme celui de ma tante, Titi, comme celui que je viens d’acheter, à Saintes Marie de la Mer, en souvenir d’elle, que j’aimais tellement. Un panier en osier (comme la valise en osier des femmes/chaussette sans père/pair. Comme la valise balancée dans le vide du chat).

La valise en osier : c’est Titi qui l’avait faite (fait faire par les patients de l’institut où elle travaillait).

Le panier de chat en osier : idem, de Titi.

Titi. Je lui avais dit aussi que Roos, ma cousine, m’avait approchée, la nuit, sous les couvertures, avait voulu jouer au médecin. Je pensais que c’était très grave, elle avait ri. Dit que tout le monde… que c’était normal… Je pensais que je lui racontais quelque chose de dramatique. Je n’aurais certainement pas osé raconter ça à mes parents.

Je pense à l’instant que j’aurais mieux fait d’accepter ses avances, à Roosje, ça aurait été bien amusant. Mais absolument impossible. Positivement impossible, impensable, elle m’a complètement surprise.

Récemment, je pensais à toutes ces femmes, et ces femmes que j’ai aimées. A celles qui m’ont aimée. Et, il m’est arrivé récemment de penser que je quitterais bien F pour une femme. Que ce serait plus amusant. Et de conversations avec Dotta (elle, « bisexuelle »). Cela dit, ce que je ne lui avais pas dit, à Dotta, c’est que j’ai le sexe féminin beaucoup trop en horreur que pour… Les hommes, qu’ils aiment ce sexe, m’incline à penser qu’ils y voient autre chose, pas comme moi.

Il y a quelque chose de ce mépris, horreur, dégout, dans mon sentiment pour le tout petit bébé du rêve, la toute petite bébée. Et celui de la mère.

Après, j’essaie, d’y faire, avec elle.

Mais, avec JP et Lumer, je pense qu’elle est mieux.

 

JP, et Lumer : son double disait-il. Même stature, brillance, intelligence. Goût des mêmes femmes.

Moi, le nom, Lumer (ou Llumer) : ne veux pas qu’on me retrouve sur internet, ni sur FB, ni ailleurs. Alors, Lumer, j’ai utilisé ça comme pseudo quelquefois. Appert à l’envers. On y entend Lumière. On y entend Lue mère. Un peu moins L’air mu.

Lumer (dont j’ai définitivement oublié le prénom, Marc ? Oui d’après l’internet : Marc Lumer) m’avait fait de discrètes avances.

Le géant Christophore  (le double géant christophore : la bébée passe d’une épaule à l’autre) : cette histoire de Tournier m’avait fascinée. Le père porteur.

Nathan, je ne rêve jamais de toi.

Mais : les doubles frères. Moi, et mes deux frères. J’ai beaucoup été entre deux frères/amis. Et j’ai craint qu’il s’agisse encore de cela, avec Édouard et Nathan.

Outrée, 31 juillet 2018

Réveillée dans la nuit vers 3h par hurlements de Chester au jardin.

Après dispute avec F, que j’ai réveillé à 6h30 pour lui dire que je ne savais pas quoi faire pour m’en sortir, pour ne plus penser à P, et qui me répondait que je n’avais qu’à couper le canal ( yaka, y a qu’à), l’adresse mail avec laquelle je lui écris, ce à quoi j’ai déjà pensé mille fois, qu’il n’avait pas d’autre solution. À quoi j’ai rétorqué qu’il valait mieux alors se quitter, et ai cherché mentalement où partir. J’ai toujours envie d’aller à Bruxelles, chez ma mère, puis je pense à toutes ses cigarettes qu’elle fume, au mal que ça me fait, me ferait, si je mettais à fumer avec elle, et je me dis que je ne peux pas. Alors, je cherche une autre destination, et je n’en trouve pas. Puis je me demande à quel moment je partirais, et au fait qu’il vaudrait mieux partir pendant que Anton est à New York.

J’aurais pu dire ce matin, à Édouard de me parler, de me parler de lui, de raconter n’importe quoi, des histoires, mais je n’ai pas pu. J’ai beau faire, je me sens en guerre contre lui. Je l’ai injurié, traité de pauvre type. Et je me suis levée, habillée, pris le vélo, partie. Roulé. Ce n’était pas très agréable, voitures. Suis maintenant assise au bord du canal d’Orléans. Nausée. Peut-être que je m’endormirai en rentrant. Roulé une heure et demi. N’a servi à rien.

9h30 ai essayé de dormir. Me sens complètement séparée de moi-même, de ma vie. Suis furieuse. N’aime pas Édouard.