1 août 2009

l’école les filles lacan saint et martyr lacan j’ai quelque chose à te dire

(suite)

Le rêve de cette nuit : Ce n’est pas la première fois que je rêve du « martyre de la psychanalyse, de Lacan ». Pourquoi est-ce que je la vois comme ça, la psychanalyse, je le vois comme ça, Lacan : réprouvés, honnis.

 » Celui qui n’est pas avec moi est contre moi. «  Christique?

la Passion de la psychanalyse.

La psychanalyse selon Saint Lacan. A la place de la directrice d’école. Mais quelle était son nom à elle, Mme Janssens ?

Le complot. Pourquoi faut-il qu’elles complotent, elles?

Il n’est pas dit que j’étais tant que ça un homme dans le rêve. Il ne s’agit que de femmes, et les femmes se marient entre elles voilà tout. Karine et Anne-marie. Les Dames de Marie. Une école pour filles. Fondée par mon arrière-grand-oncle, chanoine (!)

La directrice m’aimait bien. Mais pourquoi?

Lacan, L’Ecole, les Filles. Ma mère avec elles. Moi contre elles (!)

– On préfère te savoir avec nous, même si tu es contre nous.

(où il est question de l’assomption de son propre sexe)

– Mais je suis contre vous !

Elles, qui complotent contre Lacan, Moi, qui les trahis.

Cette souffrance de les trahir et cette horreur d’elles (cloaca femina, horror feminae horreur de ce qu’elles disent, pensent – leur dénonciation stupide.

Dans le hall d’entrée, je crie, vers le haut : « Lacan, Lacan, j’ai quelque chose à te dire« 

~

Les Berlinois mangent et boivent beaucoup.

~

« L’impossibilité du fer »

duchamp-peigne-fer

~

Des jeunes se baladent une bouteille de bière à la main.

~

Changer d’habitude.

Retrouver les posts du mois de août 2009 | catégories : août adouci | Tags: , , , , |
Top