8 août 2009

un autre jour, un samedi (je désenvisage)

08 08 09

pas belle -fr  et jl  au pic-nic, moi pas, pas envie, trop de monde, ne sais pas, à quoi , je ressemble, « me sens
pas belle », pas envie
de chercher à m’habiller,  d’être là-bas, à ne pas parler, à des gens que je n’connais

staline – à la bibliothèque pris, à dire vrai au hasard, « les écrits autobiographiques » de Boulgakov. époustouflée par ses lettres à Staline.

culpabilité – me suis pas levée, au lit, paumée. peut-être vais être réglée. gâchée par ce perpétuel sentiment de ne pas savoir si ce que je fais est bien ou mal. cette indétermination, cette impossibilité de trancher. et, si je tranche, c’est pour me condamner. alors quoi, c’est ça ça, c’est ça qui s’appelle culpabilité?

déménagement / désenvisagement – si nous déménageons, ne pourrai plus (envisager / d’avoir/ d’ouvrir/ un cabinet/recevoir,  ici)

oubli – la semaine dernière oublié RV avec cher docteur G. zut. et rezut.

saleté – sale visage gras. m’ai lavée pourtant.

mystère – je n’arrive plus à lire depuis .

to xanax or not to xanax – de nouveau plus le courage de rien. alors quoi, prendre ou ne pas
prendre Xanax.

c’est dur l’adolescence – longtemps ma mère nous a moi et mes frères lavés dans le bain. m’en suis souvenue en mettant jules dans le sien. fils  je te soulève, te prends dessous les bras oups, tes longues jambes, pieds, orteils, un deux trois dans l’eau. ce qui m’a donné envie de faire comme elle, pour lui. ça lui a plu. j’aimerais maintenant que quelqu’un me lave. jules m’aime beaucoup et j’ai peur pour lui. peur de demain et des suites. cet amour. peur qu’il ne grandisse. puis l’adolescence, les boutons, l’acné, les hormones. peur de l’oubli où il va, nous allons, du bel aujourd’hui et de son enfance. son petit corps tout doux. nos rires. perdus.

action – je me suis rendormie. 15:27. me lève :  cinéma.

Retrouver les posts du mois de août 2009 | catégories : août adouci | Tags: |
Top