Atelier François Bon – Eté 2023 – Le roman

Atelier François Bon – Été 2023 : Un cycle sur les outils d’invention et d’élaboration du roman 

Je participe en ce moment à l’atelier d’été de François Bon consacré cette année roman. C’est la première fois que je participe à un tel atelier, et j’espère que je tiendrai jusqu’au bout. Je l’ai pris en cours de route, démarré au #07, au septième atelier, un atelier sur la « préparation du corps » que j’avais entendu sur YouTube et qui poussa en moi, dans un creux de la nuit qui suivit, un texte dont il m’avait semblé qu’il demandait une suite, un développement, ce qui m’avait poussée à m’inscrire à l’atelier. C’était le 24 juillet, l’atelier avait commencé le 11 juin. J’ai fait l’atelier #07 et dans la foulée le #07bis qui le complète, et suis ensuite passée au début, aux premiers ateliers. Depuis lors, j’essaye de rattraper mon retard. Ces essais sont publiés sur le site des ateliers du Tiers Livre, avec tous les autres contributeurs. Je les publie également ici.
(Là, on trouvera le texte complet, sans les scholies.)

Si ce n’est qu’ici, ils sont augmentés de ce que j’ai fini par appeler, de façon un peu prétentieuse, les Scholies. J’y tiens des notes sur ce que ça me fait d’essayer de me plier aux contraintes, au cahier de charges de l’atelier, sur les difficultés que je rencontre. J’en profite pour mentionner que très vite il m’avait semblé que si ce travail aboutissait, je pourrais difficilement m’en dire l’auteur, la seule auteure, tant la part de François Bon dans l’écriture, la part de son invention, de son apport, me paraissait importante. Aujourd’hui, par ailleurs, je ne suis plus sûre de pouvoir continuer indépendamment de ces réflexions, indépendamment de la prise dans l’atelier, indépendamment du dispositif de l’atelier, indépendamment de la rencontre avec les propositions de François Bon. Je suis tentée donc d’en faire l’objet principal de mon écrit.

Scholies

L’atelier Roman

  • #00 | 0 le prologue

    Donn. Ce texte aurait dû constituer le prologue. « Ce qu’on attend du roman ». J’ai l’impression d’avoir triché. Il aurait fallu parler d’un roman sous le nommer, sans en donner ni le titre, ni l’auteur : j’ai parlé d’un roman qui m’est cher, mais dont j’avais oublié aussi bien le titre que le nom de l’auteur,… Poursuivre la lecture #00 | 0 le prologue Lire la suite…

  • #01 | 0 Annie Dillard, le roman commence par en inventer l’auteur

    Atelier François Bon:  #01 | Annie Dillard, le roman commence par en inventer l’auteur (11 juin 23), publié sur le site du Tiers Livre le 1er août. Paris. Ça a été, jusque là, le texte le plus « artificiel », qui participait du pari, un pari forcé pour avancer sinon point de texte, je crois. Il est possible cependant… Poursuivre la lecture #01 | 0 Annie Dillard, le roman commence par en inventer l’auteur Lire la suite…

  • #01bis | 0 une scène originelle de l’écriture

    Bruxelles. La scène originelle….. qui aurait perdu tant d’aura pour s’être avérée si décevante. Qui n’aurait tenu aucune de ses promesses. En vérité, j’ai déjà si souvent renoncé à l’écriture et le livre, l’objet livre, s’est suffisamment désacralisé pour moi qu’il n’agisse plus en soleil noir. Une méfiance enfin traversée et une distance nouvellement acquise… Poursuivre la lecture #01bis | 0 une scène originelle de l’écriture Lire la suite…

  • #02 | 0=du lieu au personnage, via Jane Sautière et les cartes postales de Balzac

    Atelier François Bon #02 | du lieu au personnage, via Jane Sautière et les cartes postales de Balzac (18 juin) Délires / Souffle Bruxelles, bout de la nuit d’insomnie, agenouillée au pied du canapé. Encore un atelier où j’aurai dû commencer par ruser. Où j’aurai dû commencer par nier. Nier la possibilité d’un lieu. Nier le… Poursuivre la lecture #02 | 0=du lieu au personnage, via Jane Sautière et les cartes postales de Balzac Lire la suite…

  • #02bis | 0 jokari

    Ecrit dans la nuit du 5 au 6 août. pour répondre à la proposition 2bis de l’atelier du 21 juin, https://www.tierslivre.net/spip/spip.php?article5245 C’est peut-être la proposition que j’ai écrite le plus à contrecoeur, mais toujours avec amusement et paresse. Il me semble que je suis très loin de la proposition, faute d’avoir correctement suivi la précédente.… Poursuivre la lecture #02bis | 0 jokari Lire la suite…

  • #03 | 0 d’un personnage à l’autre avec Gertrude Stein

    En réponse à #03 | comme je l’avais dit, Gertrude Stein, atelier du 25 juin grandes difficultés à avancer. je retourne tout le temps en arrière, je me relis, pour me lancer à nouveau. là, je me suis forcée, vraiment. il faut en fait, à chaque fois. je viens cette nuit enfin d’écrire et de… Poursuivre la lecture #03 | 0 d’un personnage à l’autre avec Gertrude Stein Lire la suite…

  • #03bis 01 | Quatre je peux pas, quatre c’est trop, c’est trop quatre. Qu’est-ce qu’elle dit ? Elle dit que quatre elle peut pas.

    Meta pour le 03bis à venir, « Quatre par quatre », que j’arrive pas à écrire. Je publierai bientôt le 03, je crois. Ce 03 bis, je peine. En même temps que je suis tentée d’y céder, d’introduire l’atelier dans le roman, de faire le roman aussi de l’écriture de l’atelier. De lui donner une présence. Comme… Poursuivre la lecture #03bis 01 | Quatre je peux pas, quatre c’est trop, c’est trop quatre. Qu’est-ce qu’elle dit ? Elle dit que quatre elle peut pas. Lire la suite…

  • #03bis 02 – Que fallait-il, il fallait, Une situation à quatre. A quatre personnages, un quatuor. Et tout en moi qui y résistait,

    C’est fait, je l’ai sorti cette nuit le #03bis, ça ne me plaît pas du tout, mais enfin, il fallait. Bien avancer. Que fallait-il, il fallait, Une situation à quatre. A quatre personnages, un quatuor. Et tout en moi qui y résistait, qui y répugnait. Je m’en rends compte : il n’ y a pas,… Poursuivre la lecture #03bis 02 – Que fallait-il, il fallait, Une situation à quatre. A quatre personnages, un quatuor. Et tout en moi qui y résistait, Lire la suite…

  • #04 | 0 superposer les temps

    Ecrit et publié au matin du samedi 19 août à Donn, publié à la date du 2 juillet, en réponse à la propositions #04 | superposer les temps J’ai écrit, enfin, beaucoup plus que ce que je n’aurais cru. Je suis partie de l’idée du train, de Blanche dans le train. Bien sûr, j’ai complètement… Poursuivre la lecture #04 | 0 superposer les temps Lire la suite…

  • #04bis | 0 dans la nuit de samedi à dimanche

    atelier François Bon du 5 juillet #04bis | dans la nuit de samedi à dimanche, publié ici le 23 août et écrit le 21 matin à Donn Et le lendemain, j’ai écrit et publié un quatre ter, qui est en fait la suite du 4 bis Lire la suite…

  • #07 bis

    Ecrit à l’aube à Donn. La transition du 07 au 07bis était difficile et amusante à trouver. Reste que je suis embêtée par cette histoire de « parfum délicat de la rose », qui est pourtant en lien direct avec ce que je prévoyais de développer avec le 07, sur la fabrique du corps, mais qui vient… Poursuivre la lecture #07 bis Lire la suite…

  • #07 | 0=de la préparation du corps, Francesca Woodman

    C’est le texte par lequel tout a commencé. J’avais, l’après-midi, faisant la vaisselle, écouté la proposition de François Bon sur YouTube, et je m’étais promise de la réécouter en prenant des notes. Dès la nuit venue, dans le creux du noir, cette image est venue vers moi d’un cheval sans tête que j’ai écrite sur mon… Poursuivre la lecture #07 | 0=de la préparation du corps, Francesca Woodman Lire la suite…

  • #10 et #10bis

    J’ai tout à fait perdu le fil, je crois. Publié sur le site du Tiers livre, les deux textes suivants, le 10 et le 10bis (pas encore publiés ici, pas le temps). J’ai d’abord écrit l’instance et puis le non-écrite. Je ne m’en sors toujours pas avec les consignes…… J’ai beau m’en imprégner, j’en ressors… Poursuivre la lecture #10 et #10bis Lire la suite…

  • #12 | 0=Thomas Bernhard, le fauteuil à oreilles
    — du ratage, la héraulte

    #été2023 #12 | Thomas Bernhard, le fauteuil à oreilles Notes sur la consigne Long monologue du fauteuil à oreilles, tiré de Des arbres à abattre de Thomas Bernhard. Réception dans grand appartement viennois. Narrateur assis dans un fauteuil à oreilles – des « oreilles comme des antennes, comme un appareil auditif ». Long monologue de 40 minutes.… Poursuivre la lecture #12 | 0=Thomas Bernhard, le fauteuil à oreilles— du ratage, la héraulte Lire la suite…

  • #00 | le livre oublié

    j’essaie de me souvenir d’un livre auquel je tiens beaucoup, et rien ne vient, rien ne revient, et cela me stupéfie. je ne me souviens ni du titre ni du nom de l’auteur. si, du visage, je me souviens, de son très beau visage, ses cheveux noirs, lisses, sa bouche qui malgré le noir et… Poursuivre la lecture #00 | le livre oublié Lire la suite…

  • #01 | l’invention de l’auteur

    Donc, elle oublie les noms propres, les chiffres aussi, les dates. Quand elle les lit dans les romans, elle les saute, surtout les noms trop compliqués. Elle reconnaît la graphie, la forme des noms. C’est enfant à la lecture de Dostoïevski qu’elle s’en rend compte : de nombre de personnages les lettres du nom s’entrechoquent,… Poursuivre la lecture #01 | l’invention de l’auteur Lire la suite…

  • #01bis  |  le bloc brouillon

    Avant cela. Réfléchir peut-être à la façon dont ça a commencé. Dont ça aurait commencé, écrire. Il y eut les devoirs d’école, les rédactions les dissertations. Et déjà, il est vrai la surprise de ce que ça s’écrive et qu’il n’y ait pratiquement rien à rajouter, jamais à corriger, tout d’un coup le point final… Poursuivre la lecture #01bis  |  le bloc brouillon Lire la suite…

  • #02  |  de la préparation du lieu (chosette dans l’avalyse)

    Il me semble que le lieu sera toujours celui de la présence et de la sensation. (Il y aurait le lieu aussi de l’image, pris d’ailleurs dans celui de la présence, y dressant ses écrans impalpables.) Il y a la possibilité de mettre des mots, il y a l’inanité. D’un côté il y a la possibilité… Poursuivre la lecture #02  |  de la préparation du lieu (chosette dans l’avalyse) Lire la suite…

  • #02bis | La disparition inaperçue

    On essaiera d’être ailleurs que nulle part. Ailleurs qu’à l’heure de nulle part. On séparera le dehors et le dedans, on dressera la porte battante. On le fera artificiellement, par jeu. On se fiera une fois de plus au hasard, sachant qu’il n’y a pas de hasard personnel. Le hasard personnel est reprise, toujours. On… Poursuivre la lecture #02bis | La disparition inaperçue Lire la suite…

  • #03 | Blanche

    Une autre nuit, une autre nuit parisienne, en trombes la pluie tombe à 1 mètre de celle qui écrit fenêtres d’été ouvertes et au  bout de la rue, elle entend, battements sourds et répétitifs d’une fête. Écrire dans la perte de la langue. Écrire dans son bégaiement. Écrire depuis ce qu’il y a, non de… Poursuivre la lecture #03 | Blanche Lire la suite…

  • #03bis 01 | Quatre je peux pas, quatre c’est trop, c’est trop quatre. Qu’est-ce qu’elle dit ? Elle dit que quatre elle peut pas.

    Meta pour le 03bis à venir, « Quatre par quatre », que j’arrive pas à écrire. Je publierai bientôt le 03, je crois. Ce 03 bis, je peine. En même temps que je suis tentée d’y céder, d’introduire l’atelier dans le roman, de faire le roman aussi de l’écriture de l’atelier. De lui donner une présence. Comme… Poursuivre la lecture #03bis 01 | Quatre je peux pas, quatre c’est trop, c’est trop quatre. Qu’est-ce qu’elle dit ? Elle dit que quatre elle peut pas. Lire la suite…

  • #03bis  | crème à la vanille

    Son père avait pourtant été le dernier arrivé à table. Et ce n’est jamais qu’un court moment qu’ils avaient été là tous les 4 à l’attendre. Chacun se ressemblant.  Sa mère n’avait simplement pas osé dire qu’elle ne l’avait pas trouvée, se taisait, perdue dans le silence de cette disparition. Elle était montée dans les chambres,… Poursuivre la lecture #03bis  | crème à la vanille Lire la suite…

  • #03ter  | semblant de mer

    Le lendemain, rêve de Blanche : Je suis au château (Noirtier). Il y beaucoup de monde. Nous devons partir, prendre un train, rentrer à Bruxelles. Je rencontre Nathalie Fièvre qui me demande de rester quelques jours encore, qu’on puisse étudier, réviser ensemble pour l’examen. Je pense que je n’ai aucune envie d’étudier, que je ne me sens pas… Poursuivre la lecture #03ter  | semblant de mer Lire la suite…

  • #04-00 | le train vers Noirtier

    Je voudrais qu’on la voie, je voudrais vraiment qu’on la voie dans un train, et qu’on voie d’elle l’image qu’elle ne voit pas d’elle-même, cette image que l’auteur, Sonia, n’a pas plus les moyens que moi de décrire.   Je voudrais qu’on la voie, Blanche dans son compartiment de train, elle dont à vrai dire l’auteure… Poursuivre la lecture #04-00 | le train vers Noirtier Lire la suite…

  • #04bis-00 | l’auteure participe à un atelier d’écriture

    l’auteure ma foi ne s’en sort pas. elle participe à un atelier d’écriture et les consignes qu’elle se coltine… cette fois, n’en pouvant plus, elle décide d’en inventer une nouvelle, plutôt elle décide d’adapter l’existante, d’adapter la consigne existante. on n’attend rien d’autre de toi. rien, personne, dit Sonia, n’attend rien de moi, qu’on n’essaye pas de… Poursuivre la lecture #04bis-00 | l’auteure participe à un atelier d’écriture Lire la suite…

  • #04bis-01 | dans la nuit de samedi à dimanche

    Brouillon, les tentatives de Sonia pour répondre aux consignes. de sam à dim, les nuits de Blanche On ne dit rien ici des inquiétudes de Sonia quant à, pense-t-elle, la multiplication des instances d’énonciation, là où, pense-t-elle, elle n’en voudrait qu’une et une seule. A la limite 2. L’auteur et le personnage. Qu’il n’y en… Poursuivre la lecture #04bis-01 | dans la nuit de samedi à dimanche Lire la suite…

  • #05 – 00 | ce qui échappe (compressions du temps) / lamento absent
    — Non publié sur le site du Tiers Livre

    #ateliers #été2023 #05 | ce qui échappe (compressions du temps) – atelier du 9 juillet Première tentative, je ne l’ai écrite que parce que j’en ai eu l’idée. Je voulais vérifier à quoi ça pouvait éventuellement mener. Ça mène trop loin et je ne l’ai pas publié sur le site de l’atelier. De quoi s’agissait-il ? De… Poursuivre la lecture #05 – 00 | ce qui échappe (compressions du temps) / lamento absent— Non publié sur le site du Tiers Livre Lire la suite…

  • #07 | de la préparation du corps – le cheval

    Longtemps il y a eu un corps Longtemps il y a eu l’image Et c’était séparé C’était comme un cheval à la tête arrachée et qui continue d’avancer Un demi-trait Je me tenais principalement parmi les déchirures Dans le cercle des peaux déchiquetées Au bord du noir de l’horreur, entre les deux épaules Mais je… Poursuivre la lecture #07 | de la préparation du corps – le cheval Lire la suite…

  • #07bis | Je me rends compte que je n’ai pas assez parlé de l’odeur

    Le corps est moite et étalé. La nuit est longue sans l’être jamais vraiment assez. Est-ce qu’il ne faudrait pas que tout s’arrête. Est-ce ce que tout ne s’arrête jamais assez. Est-ce que la nuit ne manque pas toujours d’être noire. Le corps est moite dense et étalé. Je me rends compte que je n’ai… Poursuivre la lecture #07bis | Je me rends compte que je n’ai pas assez parlé de l’odeur Lire la suite…

  • #11 | Portrait de l’auteure en lectrice
    — en cours d'écriture —

    « Ce qu’elle nous présente comme forme: un écart, une reconstruction fictionnelle, une mise à distance. Ce qui est reconstruit fictionnellement, c’est comment elle l’auteur est séparée d’elle-même par cette reconstruction d’elle qui lui arrive. » François Bon, à propos de Gertrude Stein dans Autobiographie d’Alice B Toklas donn, nuit elle marche tout à fait dans le… Poursuivre la lecture #11 | Portrait de l’auteure en lectrice— en cours d'écriture — Lire la suite…

  • #12 | oreillers de l’auteure

    encore une autre nuit, encore le noir et la chaleur agréable des draps les fenêtres ouvertes malgré la mi-septembre des disputes dans la rue et qu’est-ce qui dans ce moment est extraordinaire tout en ne l’étant absolument pas qu’y a t il qu’elle voudrait retenir encore empêcher  la nuit d’avancer de passer de s’en aller… Poursuivre la lecture #12 | oreillers de l’auteure Lire la suite…

  • #12bis | retour sur la fiction

    un peu n’imp. premier essai de vidéo, de lecture. je relis mon texte. 2 x d’ailleurs. en corrigeant… je le referai… elle disait qu’elle s’était récemment rendue compte qu’il lui était de plus en plus difficile de croire à la fiction, comme si tout devenait réel. idem, ajoutait-elle, au cinéma : de l’impossibilité de voir… Poursuivre la lecture #12bis | retour sur la fiction Lire la suite…

Top