Les poètes du spleen, Élisabeth Rallo-Ditche
— Valse mélancolique et langoureux vertige

Leopardi, Baudelaire et Pessoa accordent beaucoup d’importance aux impressions acoustiques, Leopardi et Pessoa plus encore que Baudelaire, qui est un « voyeur- voyant » et un poète proche de la peinture. Mais ses impressions auditives sont fondamentales, en ce qu’elles se réfèrent, comme pour les autres, à des sons particuliers, à une musique souvent populaire, à une musique chantée, et à des souvenirs musicaux le plus souvent revécus sous le signe de la perte. De plus, les effets de ces musiques et de l’émotion qu’elles suscitent sont voisins, comme on le verra. Le vers de Baudelaire « Valse mélancolique et langoureux vertige ! », dans Harmonie du soir, associe quatre éléments que l’on voudrait étudier chez les « poètes
Lire la suite → “Les poètes du spleen, Élisabeth Rallo-Ditche
— Valse mélancolique et langoureux vertige

Lundi 2 janvier 2023

réveil

6h50 CBD, 4 hier soir. Quand j’en prends plus, c’est que je crains quelque chose. Prévenir que guérir.

Vais me recoucher bientôt.

Prends café et porridge. Bu eau (vichy célestins). Avec les excès, pourtant légers, champagne, chips, chocolats, problèmes estomac. Que soigne avec eau bicarbonatée. prescrite par médecin pour calculs que soigne mal, c’est-à-dire ne bois pas.

hier, 1er jan

Hier, 1er janvier, anniv Jules! Rien écrit, mais fait la vaisselle au lever puis sortie chercher tarte rue des Martyrs. A midi, bu soupe cause estomac. Après-midi, relu article sur poésie et sons, et impressions sonores, chez Beaudelaire, Leopardi et Pessoa (incroyable, suis arrivée à me souvenir des 3 noms). Relu pour en parler à D …
Lire la suite → “Lundi 2 janvier 2023”

La voix de ma tante

La voix de ma tante


Aujourd’hui, j’ai compris combien c’est ta voix qui me manque
Ce dont vois-tu je ne me doutais même pas
C’était tous les ans la même chose, à cette époque de l’année, de la grande fête
Je me trouvais soudain plus seule encore qu’à l’habitude
Des jours durant, agitée, abattue
Malgré moi plongée et replongée dans un passé
Dont l’éclat me revenait par bribes
Celui des papiers brillants
Surtout celui de ta voix riant
Qui s’élançait dans l’escalier traversait la maison envoyait ses ordres s’adressait aux uns et autres et lançait un maelstrom d’activités pour préparer la fête

Des jours et des jours durant, année après année, les mêmes gestes répétés

Et je pouvais te suivre,


Lire la suite → “La voix de ma tante”

Mardi 3 janvier 23
— fâchée

4 gouttes hier. Réveillée vers 6 h, OK. Avais pris aussi psylo, parce que m’étais énervée stupidement contre moi-même. Avais travaillé longtemps au calendrier des  divers évènements liés à l’inscription de J dans une école d’art, pour finalement m’apercevoir que m’étais trompée dans les dates. Je me suis mise à râler exagérément, F était dans le canapé, mais je crains que J également ne m’aie entendue… Le problème c’est que dès que je râle, je m’en veux de râler, je m’en veux de me mettre en colère et de l’exprimer, et à la colère s’ajoute une angoisse sourde. C’est de F que je tenais à être entendue. Ce n’est qu’après que je me suis dit que J aussi m’avait …
Lire la suite → “Mardi 3 janvier 23
— fâchée

Mercredi 4 janvier
— rêve : la mémoire s'efface sous le capot de l'ordinateur

CBD, 4 gouttes hier; quand j’ai regardé l’heure au réveil, il était 08h01. Ce soir, j’essaie de passer à 3 gouttes.

F est toujours au lit, dort. Cela veut dire qu’il n’ira pas au travail aujourd’hui, contrairement à ce qu’il avait dit hier et avant-hier. Ce n’est pas aujourd’hui que j’aurai ma journée seule, ce sera demain, où je ne serai pas seule puisque vient la femme de ménage, M.

Cette nuit, rêve, peu de souvenirs.

D’abord, au premier jour d’un week-end des Journées de l’École de la Cause freudienne.
Quelqu’un, je crois, est amoureux de moi. Pas d’autre souvenir. Si ce n’est peut-être celui d’être habillée.

Au deuxième jour, au matin, avant d’y aller, dans un grand espace


Lire la suite → “Mercredi 4 janvier
— rêve : la mémoire s'efface sous le capot de l'ordinateur

Jeudi 5 janvier 2023
— (le numéraire)

3 gouttes hier, et dormi plutôt tard, sans interruption. 

G écrit hier qu’elle n’a plus envie de faire le cartel. Il faut que j’appelle. Mais. Il faut que je trouve le moyen de travailler malgré tout sur ce sujet, de la poésie. 

Écrire à J-C ? Blog ? Commencer par pure et simple (re-) lecture du livre de Jean-Philippe Antoine ? Marcel Broodthaers- Moule, Muse, Méduse? 

Il est difficile, mais passionnant. 

Qu’est-ce que Mallarmé appelle « le numéraire »? Quel dictionnaire consulter ? De l’époque peut-être ? Quelle est son époque ? 1842-1898.

Littré 

numéraire (nu-mé-rê-r’) adj. 

  • 1 Qui sert à compter. C’est le seul moyen de fixer quelques points dans l’immensité de l’espace, et de placer un certain nombre

Lire la suite → “Jeudi 5 janvier 2023
— (le numéraire)

Vendredi 6 janvier

 8:15 

Couchée tête qui tourne. J’avais fumé donc pris hier 5 ou 6 gouttes de CBD + HTC, mal m’en a pris parce qu à 4 heures  quand je me suis levée (pour faire pipi) j’avais la tête qui tournait, j’ai dû m’accrocher aux murs. Et quand je me suis plus tard réveillée vers 8, je ressentais vraiment une immense lourdeur. Qui m’a poussée à prendre 2 immenses bols de Ricoré et 2 petits pains, un avec de la confiture et un avec du choco. 

9:41 

L’addiction au téléphone.  

Samedi 7 janvier

15h43 

3 gouttes hier. 

Mauvaise nuit.  

Je ne sais quel découragement me tombe dessus. 

Pourquoi se lever, s’habiller 

Pourquoi, comment ?  

Et pour quoi faire ? 

Lu toute la matinée, un livre que JP m’avait offert. Pas drôle. Je ne sais pas ce qu’il aime chez cette auteure. Ou je sais. Et suis un peu effrayée. Mais il n’y a pas de quoi. Je sais que nous sommes différents. 

Et encore une psychanalyste psychotique, une. 

16h19 

Je vois des psychotiques partout 

Suis dans même état qu’il y a 30 ans. J’étais jeune alors. Mais déjà j’avais ces moments où je n’arrivais plus à m’habiller me laver me coiffer  

J’ai dit à F que je n’allais pas bien mais je n’obtiens
Lire la suite → “Samedi 7 janvier”

Mardi dix janvier 2023

Peut-être ne suis-je jamais sortie du giron familial. Peut-être ne suis-je jamais sortie dans le monde faute de trouver comment m’y représenter. Je n’y suis jamais allée seule. Il m’a toujours fallu un autre, pour me représenter, derrière qui m’abriter. Un homme, une femme, un enfant… Je vis dans le régime du « pas sans ». « Pas sans ma mère », « Pas sans un homme ». Ça n’est pas une question de…  (mot qui manque)
Quels sont les signifiants du féminisme? Je me pose la question là, à l’instant, parce que le mot qui me manque appartient à la sphère du féminisme, que je ne connais pas du tout…

Ce n’est pas une question de…

Jours derniers, les …
Lire la suite → “Mardi dix janvier 2023”

mercredi 11 janvier 2023
— « Il y a deux façons chez nous de devenir chamane : soit par la lignée, soit en ayant traversé des maladies ou des accidents »

Sept heures du mat, ou par là. Hier quatre gouttes. Levée à cause de trop de mots dans la tête, difficile à décrire, pas vraiment angoissant, mais ennuyant. Ça a commencé par « fracassemeurs » (mauvaises pensées, mots qui se répètent tel que « haine » ou « meurs » ou « tu es morte ») auxquelles j’opposais pensées « bonnes », puis ça s’est mélangé à des phrases ou des mots interrompus ou par des mots inexistants, des syllabes sans sens, le tout répété, martelé. Encore une fois sans angoisse, sans sentiment de malheur, mais j’ai préféré me lever.

Rêve cette nuit : rêvé de Vlady ! de Vlady et de sa femme, Michèle.

Ils venaient, ils devaient donner


Lire la suite → “mercredi 11 janvier 2023
— « Il y a deux façons chez nous de devenir chamane : soit par la lignée, soit en ayant traversé des maladies ou des accidents »

jeudi 12 janvier 2023
— fracassemeurs + N

Il est 6h51, j’ai pris une Ricoré et un bout de… (mot qui manque) 

J’ai regardé des trucs sur Instagram. Quelques beaux trucs, de jeunes, des jeunes qui se connaissent, qui sont amis, qui font des trucs ensemble, qui se dessinent, se photographient… Il y a quelqu’un qui raconte ses rêves en dessin, c’est vraiment joli. Ça donne envie de savoir dessiner. Je crois que j’aurais pu avoir des amis comme ça. Ça me rend un peu aigrie, ou triste, un peu, en même temps ça me réconforte, le spectacle de ces amis, de savoir que ça existe.  

Réveil avant 6h. Pensées…  Inquiète à cause de ce dont on parle trop, la retraite. Hier, J : toi tu ne travailles
Lire la suite → “jeudi 12 janvier 2023
— fracassemeurs + N

vendredi 13 janvier

7h41 Réveillée par J, qui commence tôt. Il fait encore noir.  Hier 2 gouttes + hhc, + 1 goutte. Profond sommeil. Au réveil, effondrements de sol, dans rêve, sous voiture, une personne aspirée, la sauver, mais comment j’ai fait ? 

Hier, quand recouchée après avoir écrit « dénonciation » prof de tai chi, curieusement de tendre humeur. Depuis avant-hier, envie de faire l’amour. C’est rare. Ne veux pas l’exprimer d’ordinaire, et hier n’ai pas cherché à l’exprimer, mais. Me suis rapprochée de F, ai posé ma main, mes mains sur son dos, son ventre, l’ai caressé et serré contre moi. De bonne humeur. Dans le noir de la chambre. Il réagissait doucement, juste ce qu’il faut. Je ne pourrais pas
Lire la suite → “vendredi 13 janvier”

Samedi 14 janvier
— #localisation de la jouissance dans la psychose

7h42.

Au lit, réveillée à l’instant par J qui commence tôt. Ce courage, l’admiration que j’ai pour lui. Il  prend son petit déjeuner seul. Je ne lui prépare rien. Attaque de fracassemeur, mais je ne sais déjà plus lequel. J’ai pris le téléphone uniquement pour noter ça et oups, envolé. Ils sont très difficiles à saisir.

7h48, J sort. 

J’éteins la lumière, je ferme les yeux. Saut dans le vide.  

8h42, levée, canapé. Dans la rue un camion lent (camion poubelle ?) 

« Le parlêtre adore son corps, dit Lacan, parce qu’il croit qu’il l’a. En réalité, il ne l’a pas, mais son corps est sa seule consistance – consistance mentale, bien entendu, car son corps fout le camp à
Lire la suite → “Samedi 14 janvier
— #localisation de la jouissance dans la psychose

Dimanche 15 janvier

Déjà 07h04. 

07h45. Donc plus d’une demi-heure passée sur les internets. Totalement éloignée de ce que j’aurais pu vouloir écrire. 

Moments durs, hier.

De nouveau travaille sur site de F. Ça m’engloutit. Très difficile d’en sortir. 
Alors sortie. Récupérer lentilles de contact chez l’opticien. Chez Gibert, acheté encres et cahier… Toujours ce rêve de…. Mettre sur papier ?  Souvent l’idée  l’envie de dessiner d’écrire sur papiers ou cartons destinés au rebut à la poubelle. Mais dessiner écrire quoi.  L’envie aussi de reporter sur papier ce que j’ai écrit sur blogs. Mais en le transformant en chose graphique, en l’illibilisant, au mois en partie, en recherche de la matière lettre. En pourvoyant au manque de sens par l’aspect graphique. En offrant
Lire la suite → “Dimanche 15 janvier”

Lundi 16 janvier

7h20

Hier 2 gouttes et demi CBD 20 % Full SpectrumJe veux repasser à 2 .

Je me sens mieux. Plus centrée. Je l’attribue au fait que je suis arrivée à écrire plusieurs jours de suite. 

J’écris maintenant dans One Note, et plus dans Evernote. Dans One note sur téléphone. 

Je commençais à avoir trop de problèmes avec Evernote.  

Je regrette que tout ne soit plus rassemblé en un seul endroit. Tout, les moindres notes. Tout ce qui s’écrit. 

Mais, je devrais m’en réjouir.  

En effet,  cela m’oblige à séparer les notes de journal du reste. Des notes de courses. Ou des notes techniques. Ou des copies d’articles… Pour moi,…, tout ça est de même valeur. 

C’est ce
Lire la suite → “Lundi 16 janvier”

Top