interlude 1 – j’ai vu des femmes comme des chosettes dans l’avalyse, comme des enfants sans père.

Publié le Catégorisé comme brouillonne de vie Étiqueté , Aucun commentaire sur interlude 1 – j’ai vu des femmes comme des chosettes dans l’avalyse, comme des enfants sans père.

rêve
– les chosettes sont dans l’avalyse, toutes les chosettes.
avertissement
– le baiser de l’osier est un brasier.
rêve (suite)
– les chosettes en fait ce sont des femmes.
il est dit: elles sont rangées dans l’avalyse, comme des chaussettes, comme des enfants sans pair, on ne les entend pas parce que le couvercle est refermé sur elles.
addendum
– l’avalyse est non en cuir mais en osier.
doute : et si on ne les entendait pas uniquement parce qu’elles n’avaient RIEN à dire.
résultat dans la réalité
– grande ire.
va va va vol et nous venge
(longtemps, folle, j’écrivis des lettres sans double.)

rêve, aucun souvenir.

me réveille,
vois image de mon rêve: groupe de femmes. pense : femmes comme posées rangées dans valise, comme des enfants sans père et parce qu’il y a un couvercle on ne les entend pas. 

à donn, valise en osier où j’ai mis linge sale, où autrefois mettais mes chaussettes. encore aujourd’hui range mes chaussettes dans valise, mais dans une autre valise, en cuir. 
femmes comme des enfants sans père, des chaussettes hors paire, sans double, sans pair

osier, oser, baisier, brasier
il me dit baiser, je ne dis brasier.
je n’ai osié.

j’ai pensé hier qu’il fallait que je commence ma valise
mes mots comme des valises.
toujours détesté faire valises.

(va cours vole et nous venge) 

l’avalyse 
les chosetttes 
j’ai vu des femmes comme des chosettes dans l’avalyse, comme des enfants sans père.  

(quel objet est sans double : mes lettres le furent longtemps.)

Par Iota

- travailleuse de l'ombre

S’abonner
Notification pour
guest

0 Comments
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Top