17 août 2012

Dossier 12T 27 333

Chère Madame,

Sans nouvelle encore de votre part mais disposant de nouveaux éléments, je me permets de revenir vers vous.

Mon frère Jean-François a pu retrouver chez ma mère deux copies de documents émanant de la Société Dufour. Il y a la facture (du 17/02) et le bon de commande (du 15/02).  Malheureusement, il ne s’agissait que de copies recto, je ne connais donc toujours pas la teneur exacte de la clause où il aurait été mentionné que ma mère aurait eu à prendre  « toutes les mesures conservatoires possibles ».

Un ramonage a bien été effectué, mais ceci après que la suie aie envahi la pièce, contrairement à ce qu’indique la teneur du courrier reçu par vous de la Société Dufour :

« Lors du démontage de l’ancien convecteur, la buse était pleine de suie, avec l’accord du client, notre technicien avait réalisé un ramonage. Le tiers avait été prévenu qu’un dépôt de suie était possible et était invité à prendre les mesures conservatoires utiles. »

Le ramonage est mentionné sur la facture, mais pas sur le bon de commande. Le ramonage venant donc « justifier » la différence de prix (1212 euros sur le bon de commande contre  1312 euros sur la facture),  prouvant que ce ramonage n’a pas été commandé et que les clauses d’une commande ne peuvent s’y appliquer.

Et tout ceci confirme  le récit de ma maman : le ramonage a eu lieu après l’incident et n’était pas prévu. C’est au moment de l’installation du nouveau convecteur que la suie s’est répandue, après que l’ancien convecteur aie été retiré, et non pas au moment du  « démontage de l’ancien convecteur »  ou au cours du ramonage – qui s’est lui passé très proprement -,  quand le  technicien a introduit la buse du nouveau convecteur.

J’espère que tout ceci jouera en notre faveur.

Dans l’attente de vos nouvelles, je vous prie d’agréer, Chère Madame, l’expression de mes sentiments distingués,

Véronique Müller

Retrouver les posts du mois de août 2012 | catégories : brouillonne de vie | Tags: , |
Top