point d’acné

Publié le Catégorisé comme brouillonne de vie Étiqueté ,

vendredi 9.9, 9:9

Après une nuit d’insomnie, dont tout en moi rebute à dire quoi que ce soit.

Je ne pense pas que je puisse poursuivre la tenue de ce blog.

Ce que je peux dire, extraire de mes angoisses de la nuit et qui paraîtra dérisoire. Un premier bouton d’acné sur le menton et des points noirs sur le nez viennent d’apparaître sur le visage de J, le lendemain de son entrée au collège. Je n’ai pas tout de suite voulu le croire, j’ai consulté le grand internet, il semble que ce soit bien cela, qu’il s’agisse d’acné. A laquelle s’est encore (en corps) ajouté hier un orgelet à l’œil droit.

Ce que je peux en dire. Cela m’a particulièrement affectée cette nuit. Cette atteinte à son intégrité en live, in vivo, réveille en moi des spectres oubliés, me ramène des années lumières en arrière. La vie m’a paru brute et cruelle et je ne comprends pas qu’un bouton d’acné et des points noirs soient venus s’installer dans sa peau de bébé. Bien sûr, c’est la suite surtout que je crains, sans rien oser lui en dire. Faut-il que déjà cela commence. Quand n’est-ce ce que je lui communique de mon propre stress qui ne soit le plus à craindre. Lui, devant le miroir, lorsqu’il découvre le pus dans son bouton, décrète : mon image est abîmée. F, à qui je rapporte ces propos, me dit que c’est absurde, ce qui me soulage. Pour lui, ce n’est vraiment pas grave. Cela ne m’a évidemment pas empêchée de passer un temps fou sur le net à chercher des explications, à traquer des traitements. C’est finalement celui proposé par la pharmacienne qui a été appliqué, de façon efficace, même si j’ai craint par la suite qu’il ne soit trop fort. Elle a également prescrit des plantes, à mon grand bonheur, des plantes pour le foie (!) Cela dit, j’en suis finalement venue à croire qu’une simple application, matin et soir, d’aloe vera (signalé dans de nombreux forums comme la solution miracle et dont Va m’avait parlé) sera ce qui conviendra.

Est-ce que c’est là que je suis sa mère, quand je voudrais pouvoir le lécher, nettoyer, soigner comme une mère chatte ses petits. Il le supporte encore. En profiter.

Un jour de bêtise, il y a longtemps, et dont il se souvient,  j’avais dit à Jules qu’il n’aurait pas d’acné (parole dont j’ai craint, aussitôt prononcée, qu’elle ne convoque ce qu’elle cherchait à abjurer). J’ai dû lui dire cela parce que j’en avais moi-même souffert pendant des années jusqu’à ce qu’elle soit traitée au Roaccutane. J’ai regretté alors que ce traitement ne soit pas intervenu plus tôt, ce traitement si simple, si efficace, et je me souviens que j’avais envie d’accoster quiconque arborait quelques boutons pour lui dire « Mais, allez chez un dermato, faites vous prescrire du Roaccutane, c’en sera fini de vos ennuis ». Ma mère elle-même n’avait fait que peu de cas de mon acné, a fortiori ne m’avait pas emmenée chez un dermatologue, chez qui je pensais donc conduire Jules, au premier signe fatal. De là, ma promesse. Or, ce traitement au Roaccutane intervenait après des années d’acné, et, là, nous n’en sommes qu’à un malheureux bouton sur le menton, à un moment où un traitement aussi lourd n’est probablement pas envisageable. Besides, qui plus est, je n’ai plus aujourd’hui la moindre confiance en la médecine traditionnelle occidentale. 

11:05 le monde est mal organisé. 

Par Iota

- travailleuse de l'ombre

Top