Entretien avec Jean Clair – Éloge du désarroi

Emission « Les énigmes partagées, psychanalyse et neurosciences »

Avec Jean Clair, interviewé par François Ansermet, pychanalyste, membre de l’Ecole de la Cause freudienne, et Pierre Magistretti,  spécialiste du métabolisme cérébral.

1895, date clé, synchronie ahurissante :

L’esquisse de Freud, les travaux sur l’hystérie – véritable rupture épistémologique

découverte des rayons X par Röntgen –> influence sur littérature, ex Thomas Mann, La montagne magique, stupéfaction du héros quand il découvre les poumons de sa bien aimée réduits à une photographie spectrale

cinéma

découverte des géométries pluridimensionnelles, qui rendent les perspectives traditionnelles complètement caduques

neurologie : les premières études sur le cortex cérébral – avortons de Penfield sensoriels et moteurs (homoncules)

nouvelles incursions dans le domaine
Lire la suite → “Entretien avec Jean Clair – Éloge du désarroi”

. Ce que je veux

 Lundi onze mars 2013

Est-ce que je ne sais pas ce que je veux ?

De façon ultime ? Non –

Vivre ce lien unique avec la psychanalyse, même me passant de l’analyste.

(Il ne me semble pas que je ne me sois éloigné de la psychanalyse à aucun moment en aucun endroit.)

Ça ne peut pas être l’ultime vœu.

Peut-on vouloir ça ?

Que peut-on vouloir ?

Il peut s’agir de cela : vivre – aller se placer dans son feu. Se faire griller par elle. La psychanalyse en toaster. Est-ce ce que je vis ? C’est ce que je veux. Est-ce vivable ? Hélas, vie trop en pensée. Ça a son coût, de pensées. Lourd. Excessif.  Heureusement la …
Lire la suite → “. Ce que je veux”

recette italienne

Le rêve

Rêve du 13 au 14 mars 2013

Titi,  et puis aussi mes parents vont venir chez moi. JF et JP, mes deux frères aussi probablement. Je prévois que nous mangerons au restaurant le premier soir et que le lendemain je ferai une recette italienne. Cela se passe avenue Paul Deschanel, c’est mon premier appartement, au quatrième étage, j’avais une vingtaine d’années.

Puisque je vais cuisiner, je dois faire des courses. Je suis maintenant dans le quartier de mes parents, rue Waelhem, celui que je viens donc de quitter pour habiter seule. Dans une rue inventée par le rêve, je trouve une épicerie italienne. C’est un quartier qui appartient aux rêves, qui m’y ramène …
Lire la suite → “recette italienne”

Fer
— (déjà)

Il s’agira également de rapprocher cet usage et son « déjà » de Lagandré, du readymade de Duchamp. Pour Duchamp, la chose est déjà faite, la peinture est déjà en tube, elle n’est plus à faire. Et qu’elle ne soit plus à faire est ce qui rend l’artiste impuissant. Lui rend  impossible d’encore faire de l’art. Puisqu’il est fait. Puisque les machines l’ont déjà fait.

Les choses ne sont plus à faire. L’industrie s’en occupe.

Il n’y a plus rien à faire. Il y a bien des travailleurs spécialisés, encore, des ouvriers. Mais ils ne font que ce qu’ils font, dans le cadre de leur travail, et en dehors de leur travail ils consomment également des objets qui leur …
Lire la suite → “Fer
— (déjà)

Top