un peu plus vite, peut-être ( et l’objet cruel de l’angoisse)

Cette publication est la partie 21 de 22 dans la série Pour en finir avec les antidépresseurs

Donn, au lit, une Q suffisante de degrés, lundi 29 février, 23:16

Je lis.

« Le ciel nous tombant sur la tête serait un bonheur. Caractère incompréhensible de Ia superstition gauloise. Quand ça arrive, c’est là, et sans doute n’y a-t-il rien dans tout ce qui arrive ou peut arriver qui soit aussi près de vite ou de rien. Savoir l’éclair garder serait la vraie, l’impossible devise. Art de vivre ennemi de la fiction, du rêve, du vague (rien est à l’opposé de vague).»

« DP ; ou le Dictionnaire Portatif de Daniel Pommereulle » de Jean-Christophe Bailly  IN Ferdinand Gouzon, Daniel Pommereulle


Lire la suite → “un peu plus vite, peut-être ( et l’objet cruel de l’angoisse)”

donn, jeudi, 7:46, réveillée par oiseaux

Cette publication est la partie 22 de 22 dans la série Pour en finir avec les antidépresseurs

jeudi, 7:46, réveillée par des oiseaux, 17 degrés, j’ai relancé le chauffage.

 

HIER – au réveil, angoisse à propos de ce que j’avais écrit la veille… à propos de l’angoisse justement et ennuyée à l’idée que nous ne soyons pas sortis, ou si peu, que nous n’ayons pas FROPITE-DE-LA-BELLE-NATURE – et les arbres.  aussi ai-je entraîné jules dehors et en avons-nous étreint quelques-uns, d’arbres.  puis, il est rentré, son heure d’écran approchant.1  de mon côté, j’ai prolongé la ballade avec le Ches.

– Fer. et Pomm. , eux peut-être un peu trop confiance en la pensée pour moi. –

20160302_003956-iota

à


Lire la suite → “donn, jeudi, 7:46, réveillée par oiseaux”

dimanche

Bois café,  8h, au lit, noir, tout le monde dort.

Pas vrai que j’aime tant que ça à écrire sur ce téléphone.  J’aime le peu de place qu’il prend, le peu de bruit qu’il fait,  la petite taille de son écran brillant dans la nuit grâce à quoi je focalise mon attention en un point restreint, compact, son inconfort même me gardant de m’éparpiller – de surfer par exemple. Sinon, j’y pratique des phrases plus courtes que mon ordinaire ( soit du fait de la susdite étroitesse de l’écran, soit que je veuille plus rapidement atteindre le point (de la fin de la phrase),  de façon à me rassurer quant à l’effective possibilité d’écrire sur cet engin et continuer d’avancer,

Lire la suite → “dimanche”

où l’on touchera un mot de la jouissance afférente à la honte et à la culpabilité (avec du Dostoïevski dedans)

MARDI MATIN, huit mars 2016, 10 h 53 minutes. F bureau, J école.

Malheur de malheur, j’ai craqué avant-hier et j’ai acheté un paquet de cigarettes.

Venions de rentrer de Donn, c’était le début de soirée déjà avancé, nous n’allions pas déballer les valises plus avant, elles resteraient probablement ouvertes au sol jusqu’à jeudi. Assis dans le canapé, Jules jouait à Portal 2. Dans son fauteuil, F faisait ses trucs sur ordi.

J’errais.

Soudain, j’ai vu sur la table du salon ce livre qui y traîne depuis un certain temps, probablement par moi sorti de la bibliothèque pour des raisons oubliées, Le sous-sol de Dostoïevski ! J’ai dit alors à J. que j’allais me servir un verre de vin,


Lire la suite → “où l’on touchera un mot de la jouissance afférente à la honte et à la culpabilité (avec du Dostoïevski dedans)”

quand c’est raté c’est réussi

lundi 14,

15-03-2016 11-31-16

° plus trouvé le temps d’écrire ces derniers temps. dois l’accepter.

° tope-là ~ cet aprèm, convenu avec JCE de poursuivre notre travail. du coup, devoir finir ce livre. que nous co-signerions. vois pas comment y parvenir. crève de trouille. plein de raisons pourtant de vouloir le faire. la confiance que m’accorde JC et l’intérêt de son travail n’étant pas des moindres. cette idée que nous nous aidions. je l’aide, il m’aide. quelque chose d’exceptionnel. de contre nature (humaine). nous nous connaissons peu. il y a juste cette rencontre, dans le travail. n’en reste pas moins que c’est une décision difficile ce sera une décision difficile à tenir. le plus difficile étant la peur de ne pas y …
Lire la suite → “quand c’est raté c’est réussi”

et d’amertume

mercredi 16

panique au réveil à l’idée d’avoir à travailler sur ce livre (JC) et veux effacer le texte publié hier sur mon blog.
après-midi, pourtant presque bonne humeur, presque pas de danse esquissés entre 2 courses, une visite chez le médecin pour l’oreille de Jules, un article publié chez JC (si ce n’est que ma quasi-fougue m’entraîne à me couper les cheveux moi-même (not so good idea)).

 

jeudi 17//// 6:57

oublié de noter, à propos de la semaine dernière, le retour dans nos assiettes de la salade de blé (mâche),
précédé d’ailleurs de celui du chicon (endive),
leurs retrouvailles enfin.
ils y  sont venus sans tambour ni trompette, l’air de rien, cependant qu’ils m’avaient fait envie,


Lire la suite → “et d’amertume”

l’anatomie à revoir

vendredi, 10h26, F grippé, médecin passé, médicaments achetés, enfin recouchés. je vais vite fermer la porte pour qu’il fasse plus noir encore. mioum. ah, et maintenant, dormir ou écrire ? fermer les yeux un moment.

d’hier
taï chi
cours de n.

au sol,
sur le dos, jambes pliées (pieds rapprochés des fesses),
relevés, enroulés de la colonne, en partant du coccyx

(du coccyx,  dis-je, crois-je, c’est que j’ai toute mon anatomie à revoir, que dis-je, à voir ? à étudier (je songe parfois à me mettre au dessin). je ressens cela comme nécessaire et cette nécessité participe de ce sentiment de « ravoir » un corps, de gagner un corps avec le taï chi.)

enroulés du dos,  donc …
Lire la suite → “l’anatomie à revoir”

un manque ici recouvre un autre manque

dimanche, lendemain des ateliers
atelier chi et santé suivi par atelier de méditation
avais la veille envoyé à n.  l’ensemble  des textes écrits jusqu’à présent sur la méditation et le taï chi (qu’il serait d’ailleurs bon que je relise, analyse) –  du coup, n’étais plus dans la belle et bonne distance, indifférence que j’avais fini par atteindre

1. chi et santé

travail sur le plexus solaire (encore un de ces endroits dont je ne ne suis jamais sûre, au moment où il est nommé, d’où il se trouve…) 

peau d’abord, puis sous la peau, puis très profond /  main gauche sur plexus côté gauche, main droite posée en antenne  / main droite « déplace » sorte de vague


Lire la suite → “un manque ici recouvre un autre manque”

mardi 22 mars,

7h34, grippée donc ennuyée. que faire pour surmonter ça. cours de taï chi, ce soir. 2 cours même. zut.
hier matin, chipoté, relu trucs sur le blog, trucs récents, qui m’embêtent un peu.
sens que j’ai quelque chose à écrire, à avancer, sur ce que j’ai déjà pu écrire à propos de taï chi, chi, méditation (en cause: ventre).

hier aprèm, travail sur bouquin JC (Rothko)

7h40. réveiller jules.

10h27 bon sang, les attentats à Bruxelles. éteint la radio, trop inquiétant.

midi – arrivée à joindre tout le monde. tout ok.

soir – grippe combattue en terminant de monter nouveau lit Jules, F a ramené
la pièce manquante. pas allée aux cours de taï chi (3ème fois


Lire la suite → “mardi 22 mars,”

jeudi 24 mars

toujours un peu malade, surtout le ventre. Me suis soignée avec mes épices de sorcière auxquelles j’ai ajouté des extraits de pépin de pamplemousse et de l’echinacea –  remèdes de grand-mère internet.

de plus en plus tentée de fermer le blog. gênée pas les dernières choses que j’ai écrites. parlant de mon ventre (plus que lui qui est malade, d’ailleurs).
peut-être que ça l’a rendu malade que j’écrive ce que j’ai écrit sur lui, et que je publie ça. ça m’a mise mal à l’aise, en tout cas.

et je n’ai pas le courage de continuer à publier ce qui aux autres paraîtra comme une croyance, quand je l’éprouve moi-même comme une certitude. moi qui sinon ai tendance à démarrer


Lire la suite → “jeudi 24 mars”

Comment la psychanalyse pourrait-elle s’écrire dans le monde chinois ? I

Très heureuse d’avoir trouvé sur le net, sur http://www.lacanchine.com/(une mine), cette thèse de Lu Ya-Chuan1, intitulée (curieusement)2 « Une autre voie pour les Chinois ou Comment la psychanalyse pourrait-elle s’écrire dans le monde chinois ? 路亞娟« 

Je commence tout juste à la lire. Je la trouve passionnante dans la mesure où je me trouve vraiment curieuse de découvrir dans les textes anciens, chinois ou japonais, la présence de ce Chi que je découvre en taï chi, ici appelé Ki, le Souffle.

Il me semble que ces textes n’ont pas dû souvent  être convenablement traduits, puisque les occidentaux (si je ne me trompe) ignorent tout du chi. Comment en effet lire un mot d’on on ignore


Lire la suite → “Comment la psychanalyse pourrait-elle s’écrire dans le monde chinois ? I”

le taï chi légèrement + rapide de MF

25/3/2016

8:37
l’attrait du sommeil au réveil

8h46
décider du caractère sacré du sommeil
se rendormir
taï chi hier, exceptionnellement avec MF,  en remplacement, l’incessance de son taï chi un petit peu rapide.

11h
tout son cours, de MF, comme ça, un poil plus rapide. comme je me coule dans son rythme, il m’apparaît que ma pratique du taï chi incorpore l’arrêt, la mort, au plus près, à chaque instant du mouvement. quand le sien m’en évoque la fuite.  cependant que j’admire, j’envie la constance de son énergie.  il me semble en être toujours au bord de la rupture.
[ d’une tentative, probablement spécieuse (mais tentante),  de rapprochement de concept de pulsion et du chi :
quand il définit


Lire la suite → “le taï chi légèrement + rapide de MF”
Top